Merci Papa, merci Maman!

Je vous offre aujourd’hui le témoignage qu’une maman m’a envoyé, parce qu’elle souhaite le partager avec d’autres mères. Seuls les prénoms ont été modifiés pour une question de respect de la vie privée.

Ce témoignage montre bien le parcours du combattant vécu par la plupart des femmes qui travaillent. Pour allaiter longtemps elles doivent tout le temps réfléchir, s’adapter, gérer leurs stocks de lait, leur production … tout cela sous les quolibets de l’entourage. De vraies chefs d’entreprise !

Je n'ai rien à rajouter ou commenter à cette démonstration : il est évident à la lecture que le soutien de personnes clefs est absolument nécessaire.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à partager vous aussi si vous le souhaitez vos expériences de soutien décisif ou de manque de soutien de votre entourage proche.

 

Continuer la lecture de Merci Papa, merci Maman!

Allaiter son deuxième bébé

J'ai parlé récemment avec une maman de deux enfants, l'un de trois ans, l'autre de trois semaines. Elle m'appelait pour un problème d'allaitement, mais après dix minutes de conversation, je n'arrivais pas à cerner quel était ce problème. L'allaitement semblait se dérouler tout à fait correctement.

 

La petite phrase anodine

Elle m'avait dit plusieurs fois qu'elle allait arrêter alors j'ai mis toute mon énergie à comprendre pourquoi. Et soudain, elle a prononcé une petite phrase a priori anodine, entre descriptifs de tétées et prise de poids : « En plus, je néglige complètement mon aîné, je n'ai plus de temps pour lui». Là, le déclic s'est fait dans ma tête.

Continuer la lecture de Allaiter son deuxième bébé

Allaitement : tout est possible !

J’ai une jolie histoire pour vous en cette belle soirée d’été. Une histoire, racontée avec l’accord de l’intéressée (je pourrais dire de l’héroïne), qui montre bien qu’en matière d’allaitement, on ne peut augurer de rien, et que tout est possible.

Cette jeune maman d’un bébé de un mois et demi n’avait jamais pu lui donner le sein correctement. Il était très endormi après la naissance et tétait mal. Des compléments de lait artificiel ont été donnés et très vite le sein n’a plus été proposé. Scénario classique jusque là, mais cette maman n’avait pas dit son dernier mot…

 

Continuer la lecture de Allaitement : tout est possible !

Sucettes et allaitement : compatibles ?

Qu’on l’appelle tétine, tutute, totote ou toute autre dénomination plus ou moins enfantine, la sucette est très utilisée par les parents. Et on peut les comprendre : d’un coup de baguette magique, les pleurs les plus terribles s’arrêtent immédiatement (bon pas toujours je vous l’accorde mais il faut reconnaître que c’est plutôt efficace !). Cependant il y a un revers à la médaille…

 

L’utilisation de la tétine impacte négativement l’allaitement…

D’une part, et c’est le sujet qui nous intéresse, l’allaitement peut souffrir de l’utilisation de cet objet. Ce n’est pas pour rien que dans les conditions de l’IHAB (Initiative Hôpital Ami des Bébés), l’utilisation de la tétine est proscrite (que ce soit une tétine de biberon ou une sucette). En effet, ces deux objets perturbent la prise du sein, car la mâchoire du bébé n’est pas positionnée de la même façon qu’au sein. De plus, il est normal que le bébé s’apaise avec une sucette, car téter provoque la libération d’endomorphines, hormones apaisantes par excellence. La nature ayant bien prévu les choses, ce besoin de succion du bébé est là pour garantir une bonne stimulation des seins de la mère. SAUF s’il s’exerce sur autre chose que les seins ! L’utilisation d’une tétine masque donc une demande et peut amener à une baisse de la lactation.

 

Mais elle influe aussi sur la croissance morphologique et psychologique de l’enfant

D’autre part, de nombreux problèmes sont liés à la sucette, un mauvais développement, notamment de la  mâchoire, une dépendance telle qu’il s’agit d’un vrai sevrage lorsqu’on décide de l’enlever à un enfant déjà âgé, sans oublier des conséquences psychologiques. Au sujet de ces dernières, réfléchissez juste à ce qui se passe dans la tête d’un bébé si, à chaque fois qu’il est mal, à chaque fois que quelque chose l'incite à crier ou pleurer, on lui met un objet dans la bouche… C’est extrêmement perturbant ! Cela peut aller jusqu’à induire des troubles de l’alimentation, ou des comportements tels que le tabagisme.

Continuer la lecture de Sucettes et allaitement : compatibles ?

Allaitement : osez demander de l’aide !

Les femmes qui sont en situation difficile par rapport à  leur allaitement ont presque toujours besoin d’un suivi rapproché. C’est pourquoi, après les premiers conseils, je leur demande toujours de me rappeler pour faire le point régulièrement. Je préfère que ce soit elles qui rappellent car ainsi elles le font au moment qui les arrange, quand leur bébé dort. Je rappelle celles qui ne le font pas, surtout quand l’allaitement est mal en point. Et bien souvent elles me disent : « Je n’ai pas osé vous rappeler parce que je suis nulle, je n’y arrive pas » ou « La situation a encore empiré, alors je n’osais pas ».

 

Continuer la lecture de Allaitement : osez demander de l’aide !

Un besoin en vraies infos pour l’allaitement !

Aujourd’hui, une maman très embêtée m'appelle en urgence. Elle allaite exclusivement son bébé de sept semaines, qui s'en porte visiblement très bien puisque, en plus d'être en pleine forme et de bien dormir, il grossit de 200 grammes par semaine et semble parfaitement satisfait après les tétées.

 

Oui, mais alors où est le problème ?

 

Continuer la lecture de Un besoin en vraies infos pour l’allaitement !

Allaitement de jumeaux : courage et persévérance !

J'ai une bien belle histoire à vous raconter aujourd'hui (avec l'accord de l'intéressée évidemment).

C'est l'histoire d'Irina, une maman de jumelles nées prématurément, qui ne pouvaient pas téter à la naissance. Cette maman a donc tiré son lait. Jusque là, rien d'extraordinaire.

 

Continuer la lecture de Allaitement de jumeaux : courage et persévérance !

Accompagner un allaitement

Suite à l’initiative "Pour le droit au soutien à l'allaitement maternel" que j’ai relayée dans mon précédent billet, je me suis demandé si chacun avait la même définition de ce qu’est ou ce que devrait être un soutien à l’allaitement. C'est pourquoi je souhaiterais aujourd’hui vous faire partager ma vision de ce qu'est l’accompagnement d’un allaitement.

 

Continuer la lecture de Accompagner un allaitement

Pour le droit au soutien à l’allaitement maternel

customLogo

Aujourd’hui, je souhaite relayer l’action d’un groupe de parents et de professionnels de santé baptisé : « Pour le droit au soutien à l’allaitement maternel », qui ont écrit une lettre ouverte au ministère.

Bien qu’appartenant pour la plupart à des associations de soutien à la parentalité, ces parents se revendiquent simples citoyens souhaitant faire changer leur société. Et ils ont raison de vouloir faire bouger les choses car dans notre cas, si on attend de nos hommes politiques un changement à ce sujet, il faudra être très, très patient. Le combat de ces parents rejoint le mien : permettre à une femme qui a choisi d’allaiter de le faire dans les meilleures conditions.

La situation de l’accompagnement à l’allaitement en France* est préoccupante,

Continuer la lecture de Pour le droit au soutien à l’allaitement maternel

Vous avez dit sevrage?

Dernièrement, j’ai accompagné une maman, prénommée Leila*, dont le bébé de 7 mois et demi faisait une grève de tétée.

Bien évidemment, l’entourage s’est précipité pour donner son avis, entrevoyant enfin un terme à cet allaitement qui n’avait que trop duré. « C’est pas grave, tu l’as allaité presque 8 mois, tu ne vas pas en faire tout un plat ! C’est normal qu’il s’arrête, passe à autre chose ! » Et les mots « désir normal de sevrage » ont inévitablement été lancés. La maman, quant à elle, sentait bien qu’il y avait « quelque chose » qui n’allait pas.

Continuer la lecture de Vous avez dit sevrage?

Apprentissages

J’aime bien savourer les petites coïncidences de la vie, et c’est souvent qu’au cours d’une journée, je remarque que la même problématique s’est posée 3 fois pour disparaître ensuite pendant des semaines.

Comme le dit Einstein, « le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ». J’en conclus que là-haut, on veut me faire travailler sur une problématique bien précise !

Aujourd’hui, le thème était « les bébés qui désaprennent à téter ».

C’est rare, mais assez insidieux et perturbant pour être cité.

Dans ce genre de situation, le nouveau-né a une bonne succion, il prend bien le sein, a un rythme correct, mais pour une raison ou une autre, sa maman a un problème d’éjection ou de quantité. Le bébé en déduit donc que sa façon d’opérer est mauvaise. Par conséquent, il essaie autre chose, prend de mauvaises habitudes, et la maman se retrouve avec des mamelons très douloureux voire crevassés. Le bébé doit alors être rééduqué, ce qui est rarement simple.

D’où l’importance, à chaque tétée, d’être attentive, et à la prise du sein, et au transfert correct de lait.

Apprendre aux femmes à reconnaître une tétée efficace est un de mes chevaux de bataille !

Y croire! Et puis le faire

Biological-Nurturing1
la position naturelle

L'histoire qui suit est racontée avec l'accord de l'intéressée.


Il y a deux semaines, une maman m'a appelée parce que son allaitement était dans une situation désespérée. En général, ce genre d'appel tombe le vendredi à 18 heures. C'est toujours un moment d'angoisse pour les mamans et de gros stress pour moi car s'il y a urgence, c'est difficile de trouver quelqu'un de compétent en allaitement pour une consultation. Et là, ça n'a pas loupé.
 

Continuer la lecture de Y croire! Et puis le faire

Réflexions fermières

Babine
Babine, ma poule preferee, heroine de cette histoire

Mais que fait un volatile sur un blog d’allaitement?

Voici.

L’autre jour, je regardais une de mes poules qui s’était mise en tête de couver (oui, je m’intéresse aussi aux espèces dépourvues de glandes mammaires).

Mais comme je n’ai pas de coq, il y avait peu de chances que ses efforts aboutissent un jour à quelque chose.

Elle avait quasiment cessé de se nourrir, toute à son occupation qu’elle était. Pour éviter de la perdre, j’ai acheté quelques très jeunes poussins, que j’ai discrètement glissés sous ses plumes pendant la nuit.

Continuer la lecture de Réflexions fermières

Au secours! (suite)

Hier, je vous parlais des malheurs de Stéphanie, que je supposais donc atteinte d’une mastite bilatérale.

La première chose que je lui ai dite, c’est qu’elle pouvait reboire (et je peux vous dire qu’elle était plus que soulagée !), qu’elle pouvait allaiter du sein droit (et même que c’était une priorité), et qu’elle devait en même temps tirer du sein gauche, en jetant le lait au cas où ce serait effectivement un abcès, de crainte que le pus ne se retrouve dans le lait. Elle m’a dit qu’elle souhaitait arrêter le déshydratant, et là je ne pouvais pas la contredire. Je lui ai donné les petits conseils anti-inflammatoires classiques (glace, chou vert, etc) avec la recommandation que si les choses empiraient au cours de la journée, elle file direct chez une consultante en lactation de son secteur.

 

Continuer la lecture de Au secours! (suite)

Au secours!

(L’histoire relatée ci-dessous l’est avec l’accord de l’intéressée. )

Ce matin, je suis un peu énervée… Je vous raconte ! Stéphanie m’appelle, en larmes, complètement à bout, et ça se comprend. Elle est allée consulter son gynéco hier car elle avait très mal au sein gauche. Il lui a diagnostiqué  un abcès (sans regarder ni palper ses seins). La pauvre est ressortie avec la prescription d’un antibiotique (ça c’est plutôt cohérent) et… et… d’un déshydratant (oui, oui, vous avez bien lu !), assortie d’une interdiction de boire et de l’obligation d’arrêter l’allaitement immédiatement, que ce soit au sein ou par le biais d’un tire lait. Lorsqu’elle m’a appelée ce matin, Stéphanie avait non seulement très soif (elle n’avait pas bu depuis au moins hier après-midi… je sais bien que ce mois de mai est plutôt frais mais tout de même !) et bien sûr très mal aux deux seins. Eh oui, au sein malade évidemment, mais aussi à celui qui, jusqu’à sa visite chez le médecin, était parfaitement sain.

Je connais plein de gynécologues formidables, qui soutiennent les femmes dans leur allaitement, et je n’ai donc rien contre la profession, mais donner des conseils alors qu’on a une telle méconnaissance de l’allaitement m’a vraiment mise hors de moi.

Continuer la lecture de Au secours!

Une maman efficace (suite !)

Ces derniers jours, j’attendais avec curiosité de voir comment Lucie, ma maman super efficace, et son bébé, s’en sortaient. Avec tout ce qu’elle avait fait pour son allaitement, je m’attendais plutôt à une ou deux minutes d’entretien, du style « Comment ça se passe maintenant ? » « Très bien, tout est rentré dans l’ordre, merci, au revoir ! ». Mais non.

Continuer la lecture de Une maman efficace (suite !)

Allaitement long

Je suis vraiment consternée par le nombre considérable de mamans qui ignorent qu’il est possible, après 6 mois, d’allaiter environ deux fois par jour, et cela pendant des semaines, des mois, des années !!! Personne ne leur a expliqué que non seulement c’est possible mais que

1-c’est facile : après une période de quelques jours d’adaptation, les seins ne gênent pas entre les tétées, même si elles sont à 12 heures d’intervalle.

2-c’est agréable : fini la pression, puisque la nourriture solide va prendre le relais, ne reste que le plaisir de ce rendez vous intime

3-c’est toujours aussi bon pour le bébé : le lait ne devient pas de l’eau contrairement à ce qu’on entend. C’est même l’inverse : à partir de 12 mois, le lait devient plus concentré en graisses, car on sait bien que le petit d’homme a le monde entier à découvrir ! Et le quatre pattes, ça creuse !

Si toutes les femmes avaient ces informations, beaucoup feraient le choix de poursuivre l’allaitement après 6 mois.

Certaines n’osent pas à cause du regard des autres. Cela tombe bien, ces tétées peuvent se faire dans la plus stricte intimité, le grand bébé ou le bambin ne sont pas à une seconde près, comme un nouveau-né. Personne n’a à juger ce choix de la femme qui allaite longtemps.

Je ne résiste pas au plaisir de vous raconter mon expérience de sevrage de ma deuxième enfant, qui a tété matin et soir de 1 à 3 ans.

Continuer la lecture de Allaitement long

Une maman efficace

L’histoire relatée ci-dessous l’est avec l’accord de l’intéressée.

Lucie m’a contactée hier, complètement désespérée, et je n’imaginais pas, tandis que nous parlions, à quel point elle allait pouvoir rebondir par rapport à son problème. Son bébé a précisément douze jours, elle sort d’une mastite pour laquelle son médecin lui a donné un traitement antibiotique, et tire son lait du sein malade, refusé par le bébé (ce qui est normal de prime abord car le goût du lait est plus salé lors d’une mastite, ce qui incommode le bébé). Lucie a d’énormes cloques sur et autour du mamelon car elle avait eu de trop petites téterelles en pharmacie. Elle me disait hier que sa production de lait chutait de plus en plus, et sa pharmacie ne pouvait pas lui procurer de téterelles plus grandes.

Continuer la lecture de Une maman efficace

Comment augmenter sa production de lait (bis)

Voici donc la suite du résumé d’hier.

Diana West nous expliquait les mesures à mettre en oeuvre pour augmenter les quantités de lait au début de l’allaitement, et les méthodes suivantes sont à mon sens également indiquées dans les mois qui suivent en cas de baisse de lait :

-Une action simple et très efficace : exprimer MANUELLEMENT encore quelques minutes après une tétée ou une session de tire lait. Cela peut augmenter jusqu’à 45% votre production !

-Comprimer le sein pendant la tétée est également un bon moyen de stimuler. En plus cela va aider les bébés très fatigués à avoir plus de lait en peu de temps, ou les bébés goulus à être satisfaits donc plus motivés. Si vous souhaitez en savoir plus sur la compression, je vous renvoie vers le feuillet du Dr Newman 

La compression du sein est possible en tirant son lait avec un bandeau mains libres.

Continuer la lecture de Comment augmenter sa production de lait (bis)