Une belle histoire de détermination face à la reprise anticipée du travail

J’aimerais vous parler aujourd’hui de Julie (°), une jeune maman allaitante qui a du partir en formation alors que son bébé n’avait que 6 semaines.

S’y prendre à l’avance

Très vite après son accouchement, Julie m’appelle pour savoir comment gérer cette reprise du travail précoce. Après quelques conseils, elle commence à tirer son lait pour se constituer un petit stock de lait maternel tout en continuant à allaiter.

Les premiers jours sont difficiles, Esteban (°) tète beaucoup et Julie a peu de temps pour tirer son lait. Les jours défilent et l’angoisse de Julie grandit : aura-t-elle assez de lait pour la totalité de son absence soit 2 fois 5 jours ?

Si tout est bien préparé…

Vers le premier mois d’Esteban, Julie commence à bien préparer et conseiller sa maman et son mari qui garderont le bébé en son absence : biberon à la demande en petites quantités comme au sein, porter Esteban le plus souvent possible, …..

Ouf , ça y est, le congélateur commence à se remplir de lait maternel !

Julie part la veille de sa formation. Une dernière tétée et elle monte dans le train qui la séparera de son enfant pendant 5 jours…

Heureusement, Esteban est avec son papa. La soirée et la nuit se passent très bien.

cela roule!

Le premier jour de la formation, la maman de Julie m’appelle. En effet, j’avais dit à Julie de laisser mes coordonnées à sa maman en cas de doute. Esteban pleure beaucoup, il demande plus à boire que prévu, elle a peur d’utiliser trop vite le stock. Elle ne sait plus que faire.

Je la rassure : il lui suffit de câliner, porter, expliquer … peu à peu Esteban se calme.

Le soir, je reçois des nouvelles de Julie, pour elle tout se passe bien . Elle peut tirer plusieurs fois dans la journée de belles quantités de son lait et la gérante de l’hôtel, très compréhensive, accepte gentiment de conserver son lait dans leur congélateur.

Arrive vendredi soir et un petit SMS de Julie : « Il me reste sept bouteilles d’environ 300 ml à la maison plus tout le lait que j’ai tiré cette semaine, tout s ‘est bien passé. Merci pour tout . »

Pour ma part, je suis soulagée, il faut bien le dire, mais très vite je me pose une autre question : Esteban va-t-il reprendre le sein après 5 jours ?

Happy end

Je décide de rappeler Julie après son deuxième stage pour avoir des nouvelles.

J’apprends avec joie que passé les premières minutes de surprise, puis les retrouvailles, Esteban a recommencé à téter comme s’il n’y avait eu aucune séparation.

Un grand bravo à cette famille qui a su préserver l’allaitement. Chacun a bien joué son rôle : Julie a bien préparé, elle s’est donné les moyens, elle a eu foi dans ses capacités, et elle a su bien s’entourer. Le papa a répondu présent à cette demande de sa femme, et il y a mis beaucoup d’énergie et d’amour. Le bébé a su s’adapter à cette situation en faisant confiance. Et la maman de Julie a accepté une mission pas facile qu’elle a remplie avec succès!

Une belle histoire, à partager et à imiter…

(°) Par souci d’anonymat, les prénoms ont été changés. Ce témoignage est publié avec l’accord de l’intéressée

2 réflexions sur « Une belle histoire de détermination face à la reprise anticipée du travail »

  1. bonjour
    bravo a cet superbe et courageuse maman qui dés son séjour en service de maternité était très motiver et savait ce qu’elle voulait concernant son projet d’allaitement malgré la séparation…Merci a Grandir Nature d’accompagner toutes ces mères…
    Francine j

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *