L’allaitement long et la qualité de vie

 

J’ai beaucoup parlé dans les derniers billets des bienfaits de l’allaitement long sur la santé corporelle de la femme et de son enfant.

Mais il n’y a pas que pour la santé du corps que l’allaitement long est un atout : ça marche aussi pour le psychique !

Performances

Par exemple, les performances scolaires semblent être améliorées par un allaitement long. Une équipe de chercheurs a travaillé sur l’effet de l’allaitement à l’intérieur de fratries (pour que le contexte socio-culturel ne joue pas). Et, tenez vous bien, chaque mois d’allaitement augmente le nombre de bonnes notes de 1%, et la probabilité d’aller à l’université de 2% (1).

L’année dernière, une autre étude allant dans ce sens a été médiatisée et a bien fait parler d’elle (2). Prenant en compte l’environnement des enfants, elle tend à montrer que les bébés allaités au moins un an auront un QI plus élevé que la moyenne à trois ans (notamment en terme de vocabulaire) et à sept ans (lecture et écriture). Des petits malins à la solde des intérêts industriels et financiers des PPN (Préparations pour nourrissons) ont bien entendu tout de suite crié au scandale, car cela allait risquer de culpabiliser les femmes qui n’allaitent pas. Ben voyons… A ce compte là, surtout ne disons pas que le tabac est nocif, ça risquerait de faire culpabiliser des fumeurs.

Ces résultats que chaque jeune mère devrait connaître avant de prendre une décision sur son allaitement peuvent s’expliquer par la qualité et la variété des acides gras qui se trouvent dans le lait maternel, mais pas dans les PPN. Saviez vous que le cerveau était constitué de 60% de lipides (famille de nutriments à laquelle appartiennent les acides gras)?

Et n’oublions pas qu’il s’agit d’une étude statistique, une moyenne calculée sur plus de mille cas, car bien sûr, il y aura aussi des bébés non allaités qui auront un QI élevé à trois ans et sept ans.

Meilleur ressenti du lien parent-enfant

Mais le meilleur reste à venir. L’aspect le plus important à mon sens, c’est la qualité de vie à laquelle participe l’allaitement, et qui est soulignée par l’étude suivante. Un ensemble de tests psychologiques a été réalisé sur un groupe d’un millier d’adolescents (3). Ces tests ont révélé que, globalement, plus les enfants avaient été allaités longtemps, plus ils jugeaient que les rapports avec leurs parents étaient de bonne qualité et que leur mère s’était bien occupée d’eux.

Dans cette étude, un point vraiment amusant apparaît : plus les enfants avaient été allaités, moins ils jugeaient que leur mère avait été sur-protectrice! C’est l’exact opposé de ce que pense Monsieur Tout-le-monde d’une mère allaitante!

Voilà, c’est un atout de l’allaitement dont on ne parle pas beaucoup car il est peu mesurable, mais qui change notre quotidien et donc notre vie en profondeur. On peut expliquer cela en disant que les femmes savent qu’en allaitant elles donnent le meilleur à leur bébé, elles sont tranquillisées et auront moins tendance à étouffer leur enfant de ses inquiétudes. Une femme qui se dit qu’elle nourrit bien son bébé va pouvoir transposer à tous les domaines du maternage cette certitude qu’elle a de bien savoir s’occuper de son enfant.

Car n’est-ce pas extrêmement valorisant que de regarder son bébé potelé, et de se dire que c’est notre lait qui lui construit ces joues bien pleines? Ces pensées positives rejaillissent sur toute la famille et l’enfant profite de cette quiétude…

Choisissons une vie simple et proche de notre physiologie pour maximiser nos chances de vivre selon nos besoins et ceux de nos bébés.

  1. Sabia et Roos, 2009

  2. Belfort et coll., 2013

  3. Fergusson et Woodward, 1999

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *