Un dispositif d’aide à l’allaitement (DAL) pas cher : la preuve par le bébé!

Fréquemment, Valérie et moi recevons des appels au secours de la part de mamans qui ont un souci pouvant être résolu par une supplémentation (au lait maternel ou aux préparations pour nourrissons). Par exemple la prise de poids faible d’un bébé de moins de 3 mois. Dans ce cas, pour stimuler la lactation et ne pas avoir à introduire de biberon, il faut un dispositif d’aide à l’allaitement. Problème, nombre de mamans, déjà lasses d’avoir essayé plusieurs choses et pas forcément soutenues par l’entourage ne voudraient pas qu’on leur reproche un achat de plus au cas où ça rate. La solution est en fait toute simple.

Toi, maman qui te reconnais dans ce cas, ne te décourage pas face au prix ou la complexité de cet engin qui est tellement sympa pour allaiter qu’il pourrait presque être ton meilleur ami : passe à l’action et écoute l’histoire de Sandrine (°), maman des jumelles Marie (°) et Phébé (°) en version DAL bricolé 🙂

La naissance des jumelles

Moi, je n’étais qu’un simple récipient au fond d’un placard, vestige d’un ancien biberon. J’avais vu Sandrine allaiter un premier bébé 17 mois, donc l’allaitement elle connaissait bien mieux que moi. Enceinte de jumelles qu’elle voulait allaiter, elle s’était renseignée dès la grossesse sur les différentes difficultés qui peuvent survenir avec des jumeaux et notamment le petit poids de naissance. Elle s’était donc attendue à ce que les filles aient besoin d’être complétées.

Les filles de la maison sont nées à terme par césarienne avec un bon poids de naissance pour chacune. Marie pesait 2760g et Phébé 2940g. Elles ont toutes les deux bien tété à la naissance, mais après…

Sans moi, ça ne se passe pas très bien

Pour Phébé, l’allaitement roule parfaitement. Mais voilà que Marie commence à avoir des difficultés de prise en bouche du sein. Problème classique : elle n’ouvre pas assez grand la bouche, du coup, aspire le mamelon et le pince. Bonjour les douleurs pour Sandrine, ma bienfaitrice. Non seulement le bébé ne grossit pas mais son poids commence même à chuter.

Sandrine essaye bien de faire téter ses filles en même temps, pour que Phébé déclenche le réflexe d’éjection et que Marie ait moins d’efforts à faire mais sans succès. A la maternité, l’équipe commence à la compléter à la tasse . Enfin, cela, on me l’a raconté, je n’y étais pas moi à la maternité.

Les filles sont de retour à la maison

De retour à la maison, ma bienfaitrice est suivie par une sage-femme et une puéricultrice de PMI. Elles me semblent gentilles, formées et compétentes : figurez-vous qu’elles lui parlent de moi ! Donner la tasse épuise Sandrine qui est à bout, et c’est là qu’elle décide avec la puéricultrice de mettre en place un dispositif d’aide à l’allaitement (DAL). Mes confrères DAL vendus neufs ont un certain coût et comme nous autres ne sommes utilisés que transitoirement, elle n’a pas trop envie d’investir. Cela m’arrange, je vais saisir ma chance !

Au bon moment, je lui tape dans l’œil et elle décide de me donner une deuxième jeunesse comme Dispositif d’aide à l’allaitement pas cher et fait maison. A l’aide d’un petit couteau, elle agrandit le trou de ma tétine, puis elle me glisse une sonde (un tuyau de faible diamètre) dedans. C’est tout. Je revis enfin !

Et Zorro arrive !

Sandrine s’installe confortablement, seule avec Marie, en position de Biological Nurturing . La petite commence à retrouver ses repères. Ma bienfaitrice me place dans son soutien-gorge entre ses seins et laisse Marie téter puis dès qu’elle voit que son rythme de succion diminue, elle insère cette sonde dans sa bouche. Et ça marche: sentant qu’il y a plus de débit, Marie reprend plus activement la succion !

Quand elle déglutit trop vite, Sandrine plie le tuyau et stoppe l’écoulement pour que Marie puisse avoir un maximum de lait maternel et ainsi bien stimuler la production. Trop facile avec moi !

Pas de bla-bla, des résultats

Sandrine et moi continuons ainsi pendant quelques jours avec Marie qui commence à reprendre du poids. Je suis tellement efficace que sous quelques jours seulement, ma bienfaitrice, bien qu’ayant pour le bout de plastique que je suis une considération immense, en est à diminuer progressivement le nombre de tétées où elle m’utilise. Et bientôt je ne travaille plus qu’une seule fois le soir quand Marie est trop agitée.

Aujourd’hui, les filles ont 2 mois et demi, elles continuent de téter. Mon second job n’aura duré que quinze jours environ, trop peu selon moi au vu de mes capacités énormes à parfaire la succion des bébés et pour l’aider à reprendre du poids. Mais ce qui compte, c’est que le sourire est revenu dans cette maison!

(°) Par souci de confidentialité, les prénoms ont été changés. La maman a donné son accord pour la publication de son témoignage.

2 réflexions sur “ Un dispositif d’aide à l’allaitement (DAL) pas cher : la preuve par le bébé! ”

  1. Merci pour cet article.

    J’utilise un DAL depuis plus 2 mois. Il me permet de continuer un allaitement et chaque mois de gagner me réjoui. Nous en serons la semaine prochaine… à 5 !!!
    Sans lui, j’aurai arrêté il y a longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *