Archives de catégorie : Histoires de mamans

Je suis chef d’entreprise et j’allaite

Angèle a créé son entreprise deux ans avant la naissance de sa fille. Quand le terme de la grossesse arrive, l’entreprise a bien démarré et Angèle commence à avoir beaucoup de travail, sans pour autant avoir encore les moyens d’embaucher du personnel. La grossesse s’est très bien passée et Angèle a pu travailler, à son rythme, jusqu’au bout. Le témoignage de son allaitement est intéressant parce que pour une fois, l’allaitement n’est pas la cause de tous les problèmes, mais est la solution!

Continuer la lecture de Je suis chef d’entreprise et j’allaite

Je suis prof et j’allaite!

Pour inaugurer la série, voici le témoignage d’une jeune femme professeur de mathématiques en collège. Au cours des années passées à accompagner les mères, j’ai croisé de très nombreuses enseignantes qui n’envisageaient même pas de poursuivre l’allaitement à la reprise des cours. Elles jugeaient cela tout simplement impossible. Je souhaite que le texte ci-dessous puisse aider les nouvelles mamans enseignantes à réfléchir à la question avant de poser un “non” ferme et définitif. Continuer la lecture de Je suis prof et j’allaite!

Le co-allaitement, si vous en avez envie, foncez!

Vous souvenez-vous que nous avions laissé Tatiana juste avant son accouchement? Elle partait à la maternité en donnant une dernière tétée à Gabin.

L’accouchement s’est bien passé, elle est très vite rentrée chez elle, avec cette idée qui trottait dans sa tête : comment allait se passer l’allaitement à présent?

Continuer la lecture de Le co-allaitement, si vous en avez envie, foncez!

Allaitement : aller à l’essentiel

Sabrina(°), bébé hurlant à l’appui, appelle parce que son bébé d’un mois n’a pas pris un gramme en quinze jours. Nous faisons le point sur la fréquence des tétées.

” Il tète quatre fois par jour, il dort beaucoup”, m’annonce Sabrina. Et la durée des tétées? “Moins de dix minutes, il s’endort très vite”.

Continuer la lecture de Allaitement : aller à l’essentiel

Découverte d’une grossesse pendant l’allaitement

Gabin (°) avait trois ans quand Tatiana (°) a su qu’elle était à nouveau enceinte. Il tétait toujours à la demande, tétées nutritives ou tétées-câlins qui permettaient par exemple de supporter les petits bobos du quotidiens.

Continuer la lecture de Découverte d’une grossesse pendant l’allaitement

Un exemple en matière d’allaitement : la Suède

Comme je vous l’avais promis, voici un témoignage édifiant qui tend à montrer que le contexte est déterminant en allaitement.

Côté Suède…

Julie (°) quitte la France pour deux ans en 2009, alors qu’elle est enceinte de deux mois. Son mari part en mission en Suède, où elle a également trouvé du travail. Après la naissance, Julie allaite son bébé pendant six mois exclusivement, puis elle reprend son travail en allaitant partiellement. Lorsqu’elle rentre en France en 2011, le petit est encore allaité deux à trois fois par jour. Enceinte de nouveau, Julie interrompt en douceur l’allaitement, mais pas pour longtemps se dit-elle, toute pressée qu’elle est de revivre cette aventure qu’elle a tant aimée. Hélas pour elle, une toute autre réalité l’attend.

Continuer la lecture de Un exemple en matière d’allaitement : la Suède

Relactation : suite de l’histoire!

Voici deux mois et demi maintenant que j’accompagne Fanny(°) et Simon(°), dont je vous ai parlé dans l’article sur les inconvénients de la prise de pilule pendant l’allaitement . La lactation de cette maman avait énormément diminué suite à cette prise médicamenteuse et la production de lait recommençait tout doucement à se rétablir, il y a un mois. Mais la situation était bien précaire… Voyons ensemble comment elle a évolué.

Continuer la lecture de Relactation : suite de l’histoire!

Réfléchir à deux à l’allaitement

Une jeune femme enceinte me disait l’autre jour : « Moi, je ne vais pas m’embêter à allaiter alors que les laits en poudre existent. »

En général, lorsqu’une femme enceinte dit cela à un professionnel de l’allaitement, c’est qu’elle a besoin d’être correctement informée et rassurée. Et mon rôle n’est pas de la convaincre à tout prix, mais de l’accompagner pour qu’elle prenne sa décision en toute connaissance de cause plutôt que de le faire de manière dogmatique. Comme je savais qu’elle était enseignante en philosophie, plutôt de lui refaire la liste de tous les avantages de l’allaitement, je lui dis tout simplement :

– Je peux comprendre votre position, mais d’un autre côté, comme l’a dit Aristote : « La nature ne fait rien en vain ni de superflu… ». Il me semble que chaque jour, la science lui donne raison. Alors si les seins des femmes font du lait, c’est que ce n’est pas superflu…

Et elle me répond du tac au tac :

-De toutes façons, mes seins, je les réserve à mon mari, c’est comme ça. »

Cela signifiait que la conversation était close. Prise d’une inspiration, je lui demande :

-Tiens d’ailleurs, qu’en pense-t-il, votre mari, de l’allaitement?

J’aime bien connaître l’avis des futurs papas, ou en tous cas, ce que veulent bien en dire les femmes, car, même si le corps de la femme lui appartient totalement et donc la décision finale d’allaiter ou non, le papa est responsable de la santé de son enfant. Et, à ce titre, il a le droit et le devoir de participer à la réflexion.

Elle me répond qu’il ne sait pas quoi penser. J’invite la jeune femme à tout hasard à communiquer mon numéro à son mari, s’il a des questions. Je ne m’attends pas à ce qu’il m’appelle.

Et pourtant, c’est ce qu’il fait quelques jours plus tard. Il veut tout savoir de l’allaitement! Après une longue conversation, il me remercie et me dit « Bon, il me reste deux mois pour la convaincre, je crois que je vais y arriver.»

J’avais un sourire jusqu’aux oreilles, parce que je savais que c’était déjà gagné! La jeune femme souhaitait allaiter au plus profond d’elle-même. Elle savait bien que l’allaitement n’a rien de superflu, qu’il est dans l’essence même de la maternité, de l’humanité. Que si les glandes mammaires de la femme produisent un si précieux liquide, ce n’est pas pour qu’on les arrête à coup de médicaments bloquants.

Mais elle avait peur que son mari l’aime moins si elle donnait une part de son corps à son bébé. Elle avait besoin que ce soit lui qui vienne à elle pour lui dire : « Ce serait bien que tu allaites, qu’en penses-tu? »

Futurs papas, futures mamans, parlez entre vous, échangez sans non-dits vos souhaits, vos peurs concernant cet enfant à venir, sa naissance, son allaitement… Tissez ensemble le berceau dans lequel vous allez l’accueillir. Vous construirez ainsi la paix dans votre famille, et, par delà, cette paix dont le monde a tant besoin.

Les inconvénients de la pilule face à l’allaitement

Fanny (°) m’a contactée il y a un mois maintenant. Son bébé Simon (°) avait trois mois à ce moment- là. Elle souhaitait reprendre l’allaitement interrompu quelques semaines plus tôt et voulait savoir si cela était possible.

Continuer la lecture de Les inconvénients de la pilule face à l’allaitement

Un dispositif d’aide à l’allaitement (DAL) pas cher : la preuve par le bébé!

Fréquemment, Valérie et moi recevons des appels au secours de la part de mamans qui ont un souci pouvant être résolu par une supplémentation (au lait maternel ou aux préparations pour nourrissons). Par exemple la prise de poids faible d’un bébé de moins de 3 mois. Dans ce cas, pour stimuler la lactation et ne pas avoir à introduire de biberon, il faut un dispositif d’aide à l’allaitement. Problème, nombre de mamans, déjà lasses d’avoir essayé plusieurs choses et pas forcément soutenues par l’entourage ne voudraient pas qu’on leur reproche un achat de plus au cas où ça rate. La solution est en fait toute simple.

Continuer la lecture de Un dispositif d’aide à l’allaitement (DAL) pas cher : la preuve par le bébé!

Allaiter en public, même après 6 mois

Notre enfant demande à téter, machinalement nous commençons à remonter le tee-shirt pour pouvoir accéder au sein. Mais notre geste s’arrête, nous sommes en public… Nous regardons autour de nous, a priori personne ne regarde. Alors d'un geste rapide, nous mettons notre enfant au sein comme si nous étions hors la loi. Mais devons-nous vraiment nous cacher ?

Continuer la lecture de Allaiter en public, même après 6 mois

En allaitement, quels sont les pièges à éviter?

Voici le message que m'a envoyé récemment une maman :

"Bonjour, mon bébé a 8 mois et je suis heureuse de l'allaiter. Grace à la préparation par ma sage femme et les conseils d'une conseillère en lactation tout s'est bien passé dès le début. Mais je rencontre deux soucis : il ne sait pas boire au biberon et je lui sers de doudou. Pour être en contact avec d'autres mamans allaitantes j'ai l'impression que ce sont deux soucis très répandus. Je suis allée à des réunions de la Leche League et pour eux il n'y a aucun inconvénient. Mais du coup c'est très compliqué quand je dois laisser mon bébé de temps en temps à ma mère pour lever un peu le pied. Pas de biberon donc et si l'endormissement pour les siestes est gérable ce n'est pas la même chose pour l'endormissement du soir si par exemple on veut se faire une soirée en amoureux avec mon mari. J'aurais aimé être prévenue de ce risque et savoir comment faire pour l'éviter > fourchette d'âge pour le premier biberon, façon de faire, et des idées pour ne pas devenir le doudou, des pistes… Parce qu'une fois qu'on s'aperçoit de l'existence de ces soucis ce n'est pas évident de réagir. <…> Merci 🙂"

 

En un mot, cette maman se sent piégée. C'était d'ailleurs le titre de son message.

 

Continuer la lecture de En allaitement, quels sont les pièges à éviter?

Allaiter un bébé avec une malformation

Voici le témoignage qui m'a été confié par une maman à la fin de son allaitement. Il montre bien, une fois de plus, à quel point le soutien, moral et technique, est indispensable.

 

Comment réussir l’allaitement malgré un démarrage un peu difficile dans la vie…

Ce témoignage, je le fais à l’intention des mamans motivées pour allaiter, mais dont le petit bout ne va pas pouvoir téter de suite, à cause de sa prématurité ou de toute autre difficulté… afin que ces mamans sachent qu’en s’accrochant et en ayant confiance en elles, elles pourront malgré tout allaiter leur fragile, mais néanmoins battant, petit bout’chou.  
Nous apprenons, lors de l’échographie du 6ème mois, que notre petit garçon a une malformation cardiaque, heureusement opérable, et que nous devrons être pris en charge dans une maternité de niveau III pour la naissance. Il devra subir une intervention non-chirurgicale dès sa naissance (Rashkind), puis une opération à cœur ouvert dans les 2 premières semaines de vie. C’est un coup de massue, que nous relativisons petit à petit, et cela nous permet de nous préparer à cette naissance, qui va être si différente de celle de notre fille, il y a 4 ans de cela.

Continuer la lecture de Allaiter un bébé avec une malformation

Suite et fin du concours

Bravo à Audrey qui a remporté le concours de textes!

Merci à toutes les participantes (je réserve une petite surprise à Laetitia et Carole…), et aussi bien sûr à toutes les lectrices (lecteurs? Y a t il des lecteurs?).

Si ce modeste concours vous a plu, n'hésitez pas à en redemander et à proposer des thèmes qui vous plaisent!

Trois retardataires m'ont envoyé leurs textes après la date limite (avec un bébé, il peut arriver qu'on ne consulte ses mails que tous les 15 jours, alors, j'ai décidé de les publier aussi!)

 

Continuer la lecture de Suite et fin du concours

L’allaitement, c’est beau et c’est rigolo! (Par Audrey)

Voilà un texte auquel je pensais depuis longtemps… Je voulais le mettre par écrit pour ma fille L., 3 ans, pour la remercier, parce qu'à chaque fois que j'y pense mon coeur grossit, j'ai les larmes aux yeux et je me sens si bien à la fois. C'est notre histoire mais je pense aussi qu'elle peut servir à d'autres duos mère/fille, mère/garçon…

J'ai allaité ma fille facilement dès la maternité, c'est mon deuxième bébé, tout va bien. Puis je dois reprendre le travail. La sage femme, conseillère en lactation, que je vois me demande mes horaires de travail et me dresse un planning pour tirer mon lait. Me voilà ressortie avec une ordonnance et mon planning et l'impression d'avoir discuté avec un extra-terrestre… Je n'y avais pas pensé, je pensais lui donner du LA et puis, …pourquoi pas? au final, j'ai tiré mon lait jusqu'à ses 1 an, je lui dois beaucoup à cette sage femme!

1 an, ma fille mange bien, elle tète quand elle veut : à l'apéro, au dessert, au goûter… rien de très rythmé et je ne contrôle pas. Elle est belle et va bien. Je pense de temps en temps à la sevrer, sans vouloir y mettre les mots car je trouve ce terme si dur… Dès que j'essaie de lui refuser ça ne fonctionne pas, oui je gagne 30 min, 1h en lisant des livres, jouant… Mais elle a soif et c'est téter qu'elle veut!

2 ans, les tétées sont espacées mais toujours là, le soir uniquement avant de se coucher, c'est notre moment bien à nous. Je fuis les regards de travers qui jugent et font mal, ma fille m'en donne largement la force mais quelle bêtise quand même de juger ce que l'on ne connaît pas! J'essaie plusieurs fois d'arrêter ces tétées du soir sans succès!

2 ans et demi, un soir après l'histoire de Papa tu te couches et tu oublies. Le lendemain, on reprend nos habitudes, mes paroles qui t'endorment, tes yeux qui se ferment et ta bouche qui lâche le sein. Puis tu oublies 2 soir de suite, tu sembles surprise en tétant le 3ième soir (il faut dire que mes seins sont bien plein), tu prends ton temps, tu ronronnerais presque! Je te demande : "ça a l'air bon ce que tu bois?" et tu me réponds "huummm oui maman c'est au miel Corse!". Tu adores les tartines au miel Corse que ta grand-mère t'a ramené je prends donc ça comme un compliment! Nous n'avions jamais parlé auparavant du "parfum" des tétées. Suivent 2 soirs sans tétées et puis CE soir, celui sur lequel je n'aurai jamais parié, le lundi 11 février (je ne l'oublierai jamais), tu t'installes sur moi, dans ta chambre, tu tètes, tes yeux roulent, tes paupières clignotent, je vois bien que tu redeviens la toute petite L. qui tétait déjà en salle d'accouchement, tu souris, je te dépose dans ton lit et je te demande " elle avait goût à quoi celle là?", tu me réponds "au COYA" = au chocolat! Tu fermes tes yeux et t'endors en souriant… C'était notre dernière tétée, je ne l'ai pas provoquée, tu es devenue plus câline que jamais, je ne t'avais jamais remerciée… Ces 2,5 ans d'allaitement sont le plus beau cadeau que tu pouvais me faire, tu es une grande maintenant et je suis fière de toi, aucun regrets, tu m'as tout donné et moi je t'ai donné ce que j'ai pu, comme une maman, comme toutes les mamans…

L’allaitement, comme c’est beau!

Bonjour à toutes et tous!


 

Voici le moment de faire le point sur notre concours. J'ai reçu huit textes et je remercie leurs auteures car ils m'ont tous profondément touchée. Je crois qu'en plus elles se sont bien fait plaisir! Merci à elles de nous ouvrir leur coeur!


 

Pour mémoire, le thème de ce petit concours était d'écrire sur un souvenir d'allaitement touchant et drôle. Je publierai en début d'après-midi les trois textes sélectionnés, en tirant au sort (par une main innocente, en l'ocurrence celle de ma petite fille, tout aussi sérieuse mais moins onéreuse qu'un huissier) leur ordre chronologique d'apparition.


 

Et dès maintenant, je vous laisse découvrir les cinq autres textes, car je n'ai finalement pas envie de les garder pour moi seule!

Merci à Nancy, Emmanuelle, Claire, Fabienne et Elise.


 

Continuer la lecture de L’allaitement, comme c’est beau!

A quand une légion d’honneur de l’allaitement? (2/2)

Je reviens aux nouvelles auprès de Marie une semaine après la freinectomie (°), alors qu'Arthur a un peu plus d'un mois. Il tête de mieux en mieux, mais pendant des heures. Je donne alors à Marie des pistes pour viser l'efficacité des tétées, mais le lendemain, elle me rappelle, catastrophée. En allant faire peser son bébé à la PMI (°°), elle a constaté qu'il n'a pris que 30 grammes en une semaine.

 

Continuer la lecture de A quand une légion d’honneur de l’allaitement? (2/2)