Notre allaitement, si doux et si puissant

Voici le témoignage de Leslie Lucien, sur son allaitement:

Allaiter,

Te nourrir,

Te donner le sein,

Ces mots continuent de résonner en moi plusieurs années après t’avoir sevrée.

J’avais imaginé beaucoup de choses en choisissant de t’allaiter mais pas que je garderai si longtemps le bonheur de la sensation de ta bouche sur mon sein.

Comme un prolongement de ce lien si fort qui nous unissait quand tu étais encore dans mon ventre.

Je me souviens de ta naissance, tes premiers instants de vie, tes yeux encore clos puis qui s’ouvrent, immenses, un premier regard intense, profond, tes yeux qui découvrent le monde pour la première fois, et la première fois que tu les ouvres c’est pour les poser sur moi. Je suis ton monde, tu deviens le mien.

Et puis rapidement, il y a ta bouche sur mon sein.

La première fois, ta langue sur mon mamelon, cette petite langue qui lape mon sein semblant ne pas trop savoir quoi en faire.

Puis quelques minutes plus tard, ce premier instant où je ressens la force de ta succion. 

Tu tètes.

Je sens mon sein que tu aspires.

Tu sais faire mon bébé.

Je sens les gouttes de mon colostrum qui commencent à couler dans ta bouche.

On s’apprivoise.

Au fil des jours, tu continues de téter et le lait commence à venir, je le vois, je l’entends, je fais taire les petites voix dans ma tête qui me disent « je ne peux rien quantifier » « est ce que j’aurais assez de lait pour toi mon bébé ? »

Je me rappelle cette montée de lait si intense, mon opulente poitrine, la tension dans mes deux seins. Ce besoin irrépressible que tu tètes pour me soulager comme une évidence encore une fois.

À chaque tétée, je sens tes lèvres sur ma peau, mais aussi ton regard sur moi, tout ton petit corps chaud, parfois lourd quand il s’abandonne après une tétée, repue par tant de lait, par tant d’amour. 

Les jours passent, je t’observe, tes joues et tes pyjamas se remplissent, j’apprends à me faire confiance, à te faire confiance, à nous faire confiance. 

Ne pas écouter les mots de ceux qui me disent « elle tète trop souvent ta fille » juste écouter mon corps et le tien, notre besoin chacune d’être l’une contre l’autre, je te porte mais tu me portes aussi dans la découverte de ma maternité, cette nouvelle femme que je suis en train de devenir.

Dans notre allaitement, il y aura de nombreux challenges, l’engorgement, mon sein qui devient dur comme de la pierre, rougi par ce lait que ne sort pas comme il faudrait; La fatigue, les moments de découragements; La candidose, ces élancements permanents que rien ne semblent soulager. Tes jours de fièvre, où je sens ta bouche brûlante autour de mon sein frais, et pour moi la sensation de t’offrir le meilleur dans ces moments où tu sembles si faible mon bébé. 

Sur mon chemin il y aura ma consultante en lactation et le soutien de femmes magnifiques dans une association de soutien à l’allaitement.

Car oui cet allaitement c’est aussi de belles rencontres de femmes, de sororité, des femmes qui m’ont transmis que je pouvais écouter mon bébé, me mettre à sa hauteur.

Mes inquiétudes de mère, ma peur de mal faire s’envolent au fil des mois.

Les mois ont passé, nous avons traversé des moments si doux que notre allaitement s’est installé dans le temps. Et puis progressivement, un peu avant ta première rentrée à l’école maternelle, j’ai senti que tu avais grandi, que j’avais envie de retrouver mon corps rien qu’à moi, ne plus t’offrir mon lait car tu grandissais et je sentais que nous passions à autre chose.

Ton sevrage s’est fait en douceur et je ne me souviens plus vraiment d’une toute dernière tétée.

Aujourd’hui, je me souviens de notre lien lacté, de ce fil tissé, un fil si fort et solide qu’il restera, j’en suis certaine, pour toute la vie. 

[Auteure] : Leslie Lucien

[Biographie] : Transformée par l’expérience de la maternité, ainsi que par la découverte de l’allaitement et du soutien de mère à mère au sein d’une association de soutien à l’allaitement, elle décide de se former en tant qu’auxiliaire de puériculture. À l’issue de sa formation, elle choisit de travailler dans un centre de protection maternel et infantile (PMI) parisien pour y soutenir les jeunes parents.

En parallèle, elle accompagne aujourd’hui à Paris des futurs parents en tant que doula, accompagnante à la naissance, formée auprès de l’institut des Doulas de France.  

Une réflexion sur « Notre allaitement, si doux et si puissant »

  1. Très belle histoire… je ressens la même chose !
    Je crois que la maternité et l’allaitement nous ouvrent de nouveaux horizons…
    Cela nous révèle en tant que mère et cela m’a donné envie d’aider les autres mamans dans leur allaitement en créant un site internet : https://lamarmotteetsesmarmots.fr

    Alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *