Archives de catégorie : Histoires de mamans

A quand une légion d’honneur de l’allaitement? (1/2)

Il faudrait pouvoir créer et remettre cette distinction à certaines mères qui, malgré de si grands soucis qu’ils en deviennent un véritable combat quotidien, persévèrent dans leur allaitement.

Car pour certaines, quelle que soit l’issue de ce combat pour soi-même et son bébé, rares sont les récompenses et les félicitations en plus de celles qu'elles voudront bien s'adresser à elles-mêmes.

En écrivant cela, je pense tout particulièrement à Marie (°), que j'accompagne depuis quatre mois maintenant et qui mérite vraiment la palme 2013 de la persévérance.

 

Continuer la lecture de A quand une légion d’honneur de l’allaitement? (1/2)

Bouts de sein, comment s’en débarrasser

Cathy(°) m'a contactée il y a une semaine. Elle a des mamelons plats, c'est à dire qu'ils sont très peu proéminents. Elle allaite depuis huit semaines. A la maternité, son fils ne parvenant pas à téter, Cathy a reçu des bouts de sein. L'allaitement a ensuite démarré et a été exclusif de une à cinq semaines. Lorsqu'elle a contacté Grandir Nature, le bébé de Cathy avait sept semaines et elle était contrainte de donner des quantités croissantes de lait artificiel pour qu'il soit rassasié.

 

Continuer la lecture de Bouts de sein, comment s’en débarrasser

Un des bébés les plus prématurés de France a été allaité 5 mois (2/2)

Je continue comme promis la belle histoire de l'allaitement de Louise.

Sandra, je le rappelle, était extrêmement volontaire pour mener à bien son allaitement le plus loin possible. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi elle a dû arrêter avant les six mois de Louise. Je dis bien "tenter", car cette situation était très complexe, tant la vie de Louise ne tenait parfois qu'à un fil. Ce billet est un peu long, je vous prie de m’en excuser, mais il fallait tout cela pour bien expliquer…

 

Continuer la lecture de Un des bébés les plus prématurés de France a été allaité 5 mois (2/2)

Un des bébés les plus prématurés de France a été allaité 5 mois (1/2)

Cet article relate une extraordinaire histoire de courage, de patience et d'amour entre une maman et son bébé né de manière extrêmement prématurée. C’est une première pour moi, le prénom de la maman qui témoigne aujourd’hui n'a pas été modifié, d'une part parce que cette mère n’a pas souhaité être anonyme, et d'autre part parce qu'il s'agit d'une amie, que je n'avais pas envie non plus « d'anonymiser ».

Sandra, j'ai beaucoup pensé à toi, à vous, durant ces derniers mois, et je suis heureuse de raconter ici votre belle mais difficile histoire. Je te remercie pour la confiance que tu m'as accordée en me permettant de la relater.

 

Née à 23 semaines… 

Louise est née en janvier, après seulement 23 semaines de gestation. Sandra, sa maman, était en grave danger, et la naissance a dû être déclenchée car aucun délai n'était plus possible.

 Quand Sandra raconte la naissance de sa fille, elle dit que c'est Louise qui a choisi de vivre. Le bébé ne pesait que 442 grammes à la naissance. Le lendemain, elle ne pesait plus que 401 grammes. Normalement, un bébé qui naît avec un poids inférieur à 500 grammes est tout de suite orienté vers les soins palliatifs car il est considéré comme non viable. Mais Louise en avait décidé autrement…

 

Continuer la lecture de Un des bébés les plus prématurés de France a été allaité 5 mois (1/2)

Allaiter son deuxième bébé

J'ai parlé récemment avec une maman de deux enfants, l'un de trois ans, l'autre de trois semaines. Elle m'appelait pour un problème d'allaitement, mais après dix minutes de conversation, je n'arrivais pas à cerner quel était ce problème. L'allaitement semblait se dérouler tout à fait correctement.

 

La petite phrase anodine

Elle m'avait dit plusieurs fois qu'elle allait arrêter alors j'ai mis toute mon énergie à comprendre pourquoi. Et soudain, elle a prononcé une petite phrase a priori anodine, entre descriptifs de tétées et prise de poids : « En plus, je néglige complètement mon aîné, je n'ai plus de temps pour lui». Là, le déclic s'est fait dans ma tête.

Continuer la lecture de Allaiter son deuxième bébé

Allaitement : tout est possible !

J’ai une jolie histoire pour vous en cette belle soirée d’été. Une histoire, racontée avec l’accord de l’intéressée (je pourrais dire de l’héroïne), qui montre bien qu’en matière d’allaitement, on ne peut augurer de rien, et que tout est possible.

Cette jeune maman d’un bébé de un mois et demi n’avait jamais pu lui donner le sein correctement. Il était très endormi après la naissance et tétait mal. Des compléments de lait artificiel ont été donnés et très vite le sein n’a plus été proposé. Scénario classique jusque là, mais cette maman n’avait pas dit son dernier mot…

 

Continuer la lecture de Allaitement : tout est possible !

Allaitement de jumeaux : courage et persévérance !

J'ai une bien belle histoire à vous raconter aujourd'hui (avec l'accord de l'intéressée évidemment).

C'est l'histoire d'Irina, une maman de jumelles nées prématurément, qui ne pouvaient pas téter à la naissance. Cette maman a donc tiré son lait. Jusque là, rien d'extraordinaire.

 

Continuer la lecture de Allaitement de jumeaux : courage et persévérance !

Apprentissages

J’aime bien savourer les petites coïncidences de la vie, et c’est souvent qu’au cours d’une journée, je remarque que la même problématique s’est posée 3 fois pour disparaître ensuite pendant des semaines.

Comme le dit Einstein, « le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ». J’en conclus que là-haut, on veut me faire travailler sur une problématique bien précise !

Aujourd’hui, le thème était « les bébés qui désaprennent à téter ».

C’est rare, mais assez insidieux et perturbant pour être cité.

Dans ce genre de situation, le nouveau-né a une bonne succion, il prend bien le sein, a un rythme correct, mais pour une raison ou une autre, sa maman a un problème d’éjection ou de quantité. Le bébé en déduit donc que sa façon d’opérer est mauvaise. Par conséquent, il essaie autre chose, prend de mauvaises habitudes, et la maman se retrouve avec des mamelons très douloureux voire crevassés. Le bébé doit alors être rééduqué, ce qui est rarement simple.

D’où l’importance, à chaque tétée, d’être attentive, et à la prise du sein, et au transfert correct de lait.

Apprendre aux femmes à reconnaître une tétée efficace est un de mes chevaux de bataille !

Au secours! (suite)

Hier, je vous parlais des malheurs de Stéphanie, que je supposais donc atteinte d’une mastite bilatérale.

La première chose que je lui ai dite, c’est qu’elle pouvait reboire (et je peux vous dire qu’elle était plus que soulagée !), qu’elle pouvait allaiter du sein droit (et même que c’était une priorité), et qu’elle devait en même temps tirer du sein gauche, en jetant le lait au cas où ce serait effectivement un abcès, de crainte que le pus ne se retrouve dans le lait. Elle m’a dit qu’elle souhaitait arrêter le déshydratant, et là je ne pouvais pas la contredire. Je lui ai donné les petits conseils anti-inflammatoires classiques (glace, chou vert, etc) avec la recommandation que si les choses empiraient au cours de la journée, elle file direct chez une consultante en lactation de son secteur.

 

Continuer la lecture de Au secours! (suite)

Au secours!

(L’histoire relatée ci-dessous l’est avec l’accord de l’intéressée. )

Ce matin, je suis un peu énervée… Je vous raconte ! Stéphanie m’appelle, en larmes, complètement à bout, et ça se comprend. Elle est allée consulter son gynéco hier car elle avait très mal au sein gauche. Il lui a diagnostiqué  un abcès (sans regarder ni palper ses seins). La pauvre est ressortie avec la prescription d’un antibiotique (ça c’est plutôt cohérent) et… et… d’un déshydratant (oui, oui, vous avez bien lu !), assortie d’une interdiction de boire et de l’obligation d’arrêter l’allaitement immédiatement, que ce soit au sein ou par le biais d’un tire lait. Lorsqu’elle m’a appelée ce matin, Stéphanie avait non seulement très soif (elle n’avait pas bu depuis au moins hier après-midi… je sais bien que ce mois de mai est plutôt frais mais tout de même !) et bien sûr très mal aux deux seins. Eh oui, au sein malade évidemment, mais aussi à celui qui, jusqu’à sa visite chez le médecin, était parfaitement sain.

Je connais plein de gynécologues formidables, qui soutiennent les femmes dans leur allaitement, et je n’ai donc rien contre la profession, mais donner des conseils alors qu’on a une telle méconnaissance de l’allaitement m’a vraiment mise hors de moi.

Continuer la lecture de Au secours!

Une maman efficace (suite !)

Ces derniers jours, j’attendais avec curiosité de voir comment Lucie, ma maman super efficace, et son bébé, s’en sortaient. Avec tout ce qu’elle avait fait pour son allaitement, je m’attendais plutôt à une ou deux minutes d’entretien, du style « Comment ça se passe maintenant ? » « Très bien, tout est rentré dans l’ordre, merci, au revoir ! ». Mais non.

Continuer la lecture de Une maman efficace (suite !)

Une maman efficace

L’histoire relatée ci-dessous l’est avec l’accord de l’intéressée.

Lucie m’a contactée hier, complètement désespérée, et je n’imaginais pas, tandis que nous parlions, à quel point elle allait pouvoir rebondir par rapport à son problème. Son bébé a précisément douze jours, elle sort d’une mastite pour laquelle son médecin lui a donné un traitement antibiotique, et tire son lait du sein malade, refusé par le bébé (ce qui est normal de prime abord car le goût du lait est plus salé lors d’une mastite, ce qui incommode le bébé). Lucie a d’énormes cloques sur et autour du mamelon car elle avait eu de trop petites téterelles en pharmacie. Elle me disait hier que sa production de lait chutait de plus en plus, et sa pharmacie ne pouvait pas lui procurer de téterelles plus grandes.

Continuer la lecture de Une maman efficace