Archives par mot-clé : prématuré

Rester déterminée

Voici le témoignage de Julie, 41 ans, maman de Ruben 3 ans et Zelig 7 mois.

Quand j’ai dit à ma mère que je pensais allaiter mon bébé, elle a émis quelques réserves : « tu es comme moi, tu sais. Tu as les bouts de seins trop courts. », a-t-elle rétorqué alors. Ni ma sœur ni moi n’avions été allaitées pour ces mêmes raisons. De plus, je suis née à une époque où on n’encourageait pas vraiment les femmes à l’allaitement maternel, elles qui venaient de brûler leurs soutien-gorge et prônaient la liberté sexuelle. Mais j’étais motivée et je me suis inscrite à une séance de formation avec une sage-femme qui donnait des conseils pratiques, montrait les positions. C’est avec elle aussi que nous avons fait de l’haptonomie.

Je voulais essayer d’allaiter car je trouvais ça simple, naturel, et naturellement bon pour mon bébé, mais aussi très pratique pour moi dans tous les déplacements (pas d’eau à transporter, de biberon à chauffer, de timing à calculer) et puis j’avais envie de ces moments de câlins avec mon bébé.

À la naissance de Ruben, on m’a demandé si je voulais allaiter et à la première mise au sein j’ai pu compter sur l’aide d’une puéricultrice très douce et pédagogue qui m’a aidée à bien placer mon bébé. Je me suis sentie bien accompagnée par le personnel de la maternité .

De retour à la maison, ça a été une autre histoire. Ruben se montrait très impatient. Il l’est toujours d’ailleurs en ce qui concerne la nourriture ! Si je ne trouvais pas tout de suite la bonne position, il s’énervait et finissait par s’endormir. Puis il se réveillait, réclamait et c’était reparti ! Ça a pris un peu de temps pour qu’on s’accorde lui et moi. J’ai même essayé les bouts de seins en silicone (influencée par la réflexion de ma mère), mais c’était pire.

Au 2ème ou 3ème jour, j’ai reçu la visite d’une sage-femme qui m’a bien aidée à faire retomber le stress. Mon conjoint a également été un allié sur qui je pouvais compter car il avait pu observer la position qui convenait à Ruben et il m’aidait à bien le placer. Une fois ce petit calage passé, ça a roulé ! Au bout de deux mois, je suis passée à un allaitement mixte pour préparer en douceur ma reprise du travail.

Au 5ème mois, j’ai été prise de vertiges très violents. Après de nombreuses analyses, on m’a diagnostiqué un virus dans l’oreille interne et j’ai dû prendre des antibiotiques très forts, incompatibles avec l’allaitement. J’ai donc arrêté subitement d’allaiter Ruben et j’ai été un peu triste de ce sevrage non choisi. Mais comme Ruben l’a bien vécu, j’ai pu me concentrer sur le traitement de ces affreux vertiges.

Mon deuxième fils, Zelig, est né avec un mois d’avance. C’était tout de même un beau bébé de 3,130 kg. Forte de ma première expérience, je suis retournée dans la même maternité … et heureusement. Soucieuse d’offrir la même chose à chacun de mes enfants, je comptais bien sûr allaiter Zelig.

À la première mise au sein, on m’a proposé de l’assistance. Je pensais m’en sortir facilement puisque c’était mon deuxième enfant. Pourtant un autre bébé voulait dire une autre histoire.

À peine s’était-il accroché au sein que Zelig a eu beaucoup de mal à téter. Il était comme essoufflé, il respirait difficilement. La puéricultrice qui était restée dans la salle d’accouchement a immédiatement compris que Zelig peinait à respirer normalement et elle l’a emmené en salle de soins pour aspirer les sécrétions qui entravaient sa trachée.

Et les minutes passaient…
Quand j’ai vu revenir mon conjoint avec le pédiatre mais sans mon bébé, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. Zelig avait été emmené en salle de soins intensifs et placé sous assistance respiratoire (avec un masque sur le nez et la bouche pour l’aider à respirer). Il avait un pneumo thorax, c’est-à-dire une poche d’air dans le poumon qui l’empêche de se gonfler entièrement et qui nécessite une ponction. J’étais abasourdie mais mon conjoint était là heureusement pour me rassurer et me donner des nouvelles de Zelig qui était sous perfusion et sonde gastique.

Notre première tétée avait donc été très brève. Le personnel soignant a déconseillé les mises au sein, les jugeant trop fatigantes pour lui et impossibles avec l’harnachement du monitoring. La sage-femme m’a donc proposé un tire-lait pour stimuler ma lactation. Elle m’a constamment encouragée à continuer même si je ne collectais qu’une goutte de colostrum.

Quelques heures plus tard, j’ai pu aller voir Zelig en unité de soins intensifs et faire une séance de peau à peau avec lui (malgré les branchements et le masque). J’étais heureuse de ce moment partagé et je pense que ça a stimulé ma lactation.

Une fois la ponction de la bulle d’air faite, Zelig respirait mieux mais il a dû rester en réanimation. J’allais le voir et j’utilisais le tire-lait mis à ma disposition dans la salle. Tout était pensé pour favoriser l’allaitement maternel.

Quand ma montée de lait est arrivée, mon lait a été testé pour vérifier qu’il n’y avait aucun germe et Zelig a pu en recevoir quelques gouttes sur une gaze posée sur ses lèvres, puis via la sonde gastrique. On lui a retiré la sonde le 6ème jour grâce à la puéricultrice qui a réussi à convaincre le pédiatre et j’ai pu enfin allaiter Zelig naturellement, comme je l’avais fait pour son grand frère. Ce fut ma plus belle victoire !

Pendant ces 6 jours de stress, d’inquiétude, d’attente, je suis toujours restée motivée. Je mettais toute mon énergie à tirer mon lait assidûment. Je me disais que je devais y arriver pour lui. Avec du recul, je me dis que c’était peut-être aussi ma façon de me masquer la gravité de la situation. Lui donner mon lait, c’était la seule aide que je pouvais lui apporter. De retour à la maison, tout s’est bien passé. J’ai pu allaiter Zelig 6 mois.

Cette expérience m’a appris que quand je veux vraiment quelque chose, je suis capable d’aller au bout, je suis déterminée. Je ne retiens pas les difficultés ni la souffrance, je sais que je devais juste le faire.