Utiliser des bouts de seins en silicone : un bien ou un mal pour l’allaitement ?

L’utilisation de bouts de sein est une pratique vers laquelle se tournent parfois certaines mamans au cours de leur allaitement. Est-ce préjudiciable pour l’allaitement ? Voilà une question qui fait souvent débat y compris dans la littérature scientifique.

En fait, les résultats sont assez variables d’une étude à l’autre car elles reposent sur un petit nombre de cas observés et sont très tributaires des conseils donnés à la maman lors des premières utilisations des bouts de seins. Une étude assez récente (2017) a cherché à en savoir plus en étudiant d’un peu plus près la question. C’est primordial car il est important de connaître exactement les risques et les bénéfices de cette utilisation de façon à informer correctement les professionnels de l’allaitement et de santé afin d’aider au mieux les mamans par des conseils justes. Alors si on faisait le point ?

Cadre de l’étude

Cette étude a cherché à comprendre les motivations des mères qui ressentent le besoin d’utiliser les bouts de sein et les effets observés sur la durée de l’allaitement. Ainsi, dans le cadre de cette étude, des mères danoises d’un enfant âgé de moins de 6 mois ont été interrogées. Elles ont toutes (à 99%) accouché au sein d’un hôpital soit certifié « Amis des Bébés » pour 75% d’entre eux soit appliquant intégralement les règles de ce label.

Les mamans étaient soit primipares (restées 4 jours en hôpital) soit multipares (sorties 24h après leur accouchement). Dans tous les cas, elles ont reçu la visite d’un professionnel de santé à domicile pendant 10 jours suivant leur sortie.

L’étude a porté sur 4815 mères invitées à remplir anonymement un questionnaire afin de connaître leur statut social, leur âge, leur niveau d’études, leur expérience de l’allaitement (actuelle et passée), les éventuels problèmes rencontrés au démarrage de leur allaitement, la durée d’allaitement exclusif, l’âge gestationnel et la prise de poids du bébé, l’utilisation ou non de bouts de sein et les raisons qui ont motivé la décision.

Le profil et les motivations des mères pour l’utilisation des bouts de sein en silicone

Sur la base de cette étude, il s’avère que 71% des mamans n’ont jamais utilisé de bouts de sein. 22 % y ont eu recours uniquement en tout début d’allaitement et 7 % pendant toute la durée de leur allaitement.

Il est intéressant de noter que les mères n’ayant jamais utilisé le dispositif étaient surtout des mamans multipares qui avaient déjà allaité un premier enfant sur une durée supérieure à 17 semaines : elles bénéficiaient donc d’une certaine expérience.

Parmi celles qui se sont servies des bouts de seins, on retrouve des mamans d’enfants nés un peu avant terme, ou des enfants de plus petit poids. Sont également plus représentées dans cette catégorie, les mamans ayant eu des problèmes au démarrage de l’allaitement (douleurs aux mamelons, difficultés de prise du sein par le nourrisson).

Par rapport au ressenti des mères, les avis sont partagés et les auteurs distinguent l’utilisation de bout de sein motivée par la douleur des mères de celle liée à une mauvaise prise du sein. En cas de douleur, on constate que les mères se sentent effectivement soulagées et déclarent que sans cela, leur allaitement aurait tourné court.

En cas d’utilisation pour cause de mauvaise prise du sein (soit à cause de la mère- mamelons ombiliqués par exemple- soit à cause de l’enfant – sa succion est entravée par un frein de langue ou parce qu’il est prématuré), les avis sont plus partagés.


Discussion et principales conclusions

L’étude actuelle, en écho à quelques études antérieures, note une tendance à l’augmentation de l’utilisation des bouts de sein chez les jeunes mamans.

La principale raison de l’initiation de cette mise en place est vraiment liée à des problèmes d’allaitement.

Lorsqu’il s’agit de douleurs ressenties par les mères, les bouts de sein sont, selon les dires des mamans, une véritable aide pour passer « un cap difficile » et aident à poursuivre l’allaitement. D’ailleurs, ces cas de figure sont associés à une utilisation limitée à la période du tout début de l’allaitement.

Lorsqu’ils sont utilisés pour régler un problème de mauvaise prise de sein, ou en réponse à une difficile production lactée, ou en cas de mastite, les bouts de sein deviennent alors des dispositifs sollicités pendant toute la durée de l’allaitement et précipitent le sevrage.
Les auteurs indiquent que dans ces cas de figure, les problèmes évoqués doivent faire l’objet d’une recherche de solution différente : l’utilisation du bout de sein ne doit pas être systématique.

Les auteurs soulignent également que les plus grandes utilisatrices de bouts de sein sont les mamans les moins expérimentées ce qui suggère que la mise en place du dispositif au sein d’un établissement hospitalier ou avec un professionnel doit s’accompagner préalablement par une étape d’explications et de formation. L’utilisation du bout de sein qui s’étendrait au-delà d’une courte période au moment du démarrage reste associée à une augmentation des risques de sevrage prématuré d’un facteur 3 chez les primipares. Il s’agit d’un risque, non d’une fatalité car tout cela dépend fortement de la capacité de succion du bébé, de la capacité de la mère à produire du lait (stimulation suffisante) et de sa forte motivation pour continuer à allaiter.

Cette étude est intéressante dans la mesure où elle indique les limites de l’utilisation des bouts de seins : plutôt bénéfiques pour gérer, sur une courte durée, les douleurs de tout début d’allaitement (qu’il convient également de régler par d’autres approches, dont la position), ils deviennent plus critiquables et risquées pour les autres motivations.

Dans tous les cas, les auteurs insistent sur le besoin d’un accompagnement rapproché avec des explications bien étayées à destination des mamans motivées pour réussir leur allaitement et qui souhaitent le recours aux bouts de sein.

Référence :

Kronborg H. et al., « Why do mothers use nipple shields and how does this influence duration of exclusive breastfeeding ? », Journal of Maternal & Child Nutrition 2017 Jan;13(1)

Pour en savoir plus sur l’Initiative Hôpital Ami des Bébés : https://amis-des-bebes.fr/tout-sur-ihab.php

[Auteure] : Pascale Baugé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *