Rejet du sein durant les premières semaines de vie : quelles solutions apporter?

[Auteure] : Mme Myriam Panard, consultante en lactation IBCLC

Le fait qu’un bébé né à terme et en bonne santé ne prenne pas le sein durant ses premiers jours de vie est une des raisons principales de sevrage précoce au même titre que les tétées douloureuses ou une perte de poids excessive qui fait perdre confiance à la maman. On entend souvent dire « Mon bébé était trop paresseux, il ne voulait pas téter, il préférait le biberon ! » ou bien «  Ne vous acharnez pas madame à vouloir allaiter votre bébé, vous voyez bien qu’il ne sait pas téter ! » Cette situation semble très déstabilisante pour les mamans qui sont souvent désemparées et culpabilisent de ne pas pouvoir allaiter leur bébé. Ce phénomène de plus en plus fréquent mérite que l’on s’interroge sur les conditions déclenchant un tel comportement du bébé et sur les solutions à apporter pour un retour à l’allaitement maternel.

Tout d’abord, revoyons notre vocabulaire : comme un bébé humain est programmé génétiquement pour téter, pourquoi ne pas dire simplement : « Ce bébé ne tète pas encore, voyons ce qui se passe ! » plutôt que de parler d’inaptitude « Ce bébé ne sait pas téter ! » ou de refus « Ce bébé ne veut pas téter ! » ?

Très fréquemment, il est vrai, certaines conditions d’ordre anatomique ou d’ordre fonctionnel peuvent entraver la prise du sein.

On peut mentionner notamment la présence d’un frein de langue trop serré et peu élastique qui empêche souvent le bébé de s’accrocher au sein et d’ y rester. Les dernières positions adoptées par le bébé in-utéro ainsi que le déroulement de sa naissance (long travail ou au contraire extrêmement rapide, ventouse, forceps…) peuvent aussi avoir un impact sur ses compétences immédiates à prendre le sein. Le bébé peut en effet présenter un torticolis, des mâchoires particulièrement serrées ou être très douloureux suite à un accouchement difficile. Toutes ces conditions, fort heureusement sont remédiables, peut-être pas en un clin d’œil mais la maman a besoin de le savoir et il est très important de la soutenir (positions adaptées à la situation, maintien de la lactation, visite chez un ostéopathe qualifié, consultation si besoin chez un ORL) et en la rassurant pour qu’elle n’abandonne pas.

La plupart du temps, certaines pratiques hospitalières sont responsables du stress du bébé au moment des tétées. En effet, à l’encontre d’un déroulement naturel guidé par les signes d’éveil et de sommeil du bébé et d’une réponse adaptée de la maman, les tétées sont parfois conditionnées par des contraintes de temps et des diktats non fondés. On s’empresse dès la naissance, alors que les parents et le bébé ont à peine fait connaissance, à procéder à la fameuse première mise au sein sans se préoccuper de la réceptivité du bébé. Ce premier « forcing » peut laisser des traces. De même, si la maman est séparée de son enfant pour des raisons médicales, un premier biberon donné peut être redoutable car il rompt la continuité biologique… De plus, une fois en chambre, les incursions fréquentes du personnel de jour comme de nuit pour réveiller le bébé sans ménagement et le faire téter nuisent à son bien-être et contribuent à augmenter son stress et par la même occasion celui de sa maman.

Pour couronner le tout, voici en quelques images le scénario cauchemar souvent vécu en maternité : la maman est dans une position d’allaitement inconfortable, le bébé s’agite, ses petites mains et ses pieds bougent dans tous les sens, il crie de plus en plus fort, s’arcboute, se détourne du sein et c’est à ce moment qu’une main étrangère s’évertue à lui appuyer sur la tête et le plaquer contre le corps de sa maman pour le faire prendre le sein comprimé par l’autre main étrangère… Ce genre de situation, hélas très courante, annihile la maman et rend l’expérience extrêmement négative pour le nouveau-né. Celui-ci n’est que dans le ressenti et donc par la suite à l’approche du sein il ne pourra que le rejeter… Il s’agira alors de le ré-apprivoiser en douceur mais cela peut prendre quelque temps ! Là encore le soutien accordé à la maman est crucial, il faudra notamment lui expliquer l’importance de tirer son lait pour mettre en place sa lactation, condition sine qua none pour un retour au sein lorsque l’enfant sera prêt.

Comment alors faire prendre le sein à un bébé qui s’en éloigne?

La première chose à bannir est d’insister, de faire monter la pression du bébé et celle de la maman par la même occasion, car les deux sont extrêmement connectés. Si l’un est calme, l’autre le sera et si l’un est tendu, l’autre le sera aussi. De ce fait, si les moments de stress se sont enchainés, il est préférable de faire une pause en arrêtant complètement toute nouvelle tentative : quelques jours voire une semaine maximum. Pendant ce temps, la maman tirera son lait pour bien entretenir sa lactation et nourrira son bébé idéalement au doigt via un dispositif d’aide à la lactation (DAL) composé d’une sonde de nutrition plongée dans un flacon contenant du lait.

Pour que la maman et son bébé se reconnectent et adoptent des comportements instinctifs, il sera important de privilégier les contacts corporels dans un environnement confortable et paisible qui sera plus propice à effacer les tensions communes. Les contacts en peau à peau répétés ont notamment des effets magiques dans de nombreux cas, grâce à la sécrétion d’ocytocine (l’hormone de l’amour, du bien-être, du lien) qu’ils déclenchent chez la maman et son bébé. De très belles vidéos montrent des bébés prenant pour la première fois le sein au cours d’un bain partagé avec leur maman.

Pourquoi ne pas proposer à la maman de s’installer le plus souvent possible dans un endroit où tout son dos (de la nuque au sacrum) sera appuyé sur un plan plus ou moins incliné et confortable et de prendre son bébé qu’elle placera sur elle en position ventrale ? Créer en quelque sorte un petit « nid » pour elle et son enfant ! Elle n’aura ainsi pas besoin de soutenir son bébé, son corps s’en chargera sans effort et le bébé avec ses pieds en appui sera aussi plus libre d’exercer ses réflexes qui lui permettront de téter. C’est Suzanne Colson, sage-femme anglaise internationalement reconnue pour ses travaux sur les réflexes archaïques du nouveau-né et les instincts maternels qui a démontré l’efficacité de cette nouvelle approche de l’allaitement maternel. Elle l’a appelée « Biological Nurturing® » (allaitement « zen » en français ou « BN »), c’est une approche qui se base sur les principes de la continuité de la gestation et met en avant le confort de la maman.

De plus, il est bien connu que non seulement le stress mais aussi la faim interfère dans tout processus d’apprentissage. D’où l’idée de suggérer à la maman de nourrir d’abord son bébé au DAL puis de le garder sur elle pour une petite sieste tous deux légèrement vêtus ou en peau à peau, selon son envie du moment. A son réveil, encore en état de somnolence et toujours en BN, le bébé sera alors plus enclin à prendre le sein ou en tout cas à le sentir, le lécher, ce qui est déjà très positif compte-tenu des rejets précédents.

En conclusion, l’allaitement est avant tout une relation, qui peut être fragilisée par les conditions d’accouchement et certaines interventions extérieures. Le stress, ennemi numéro 1 est à réduire au maximum et à remplacer progressivement par du calme et de la douceur afin de créer un environnement favorable. Passé les premières semaines, lorsque les liens entre la maman et son bébé se sont resserrés, qu’ils se connaissent mieux, il est fréquent qu’un bébé n’ayant pratiquement jamais pris le sein auparavant s’y mette vraiment et pour de bon. Cela arrive souvent entre la 4ème et la 8ème semaine, d’où l’importance de soutenir les mamans, pour qu’elles gardent toujours espoir et qu’elles aient confiance en leur bébé. Comme le dit un proverbe allemand « La patience est une médecine de la vie ».

Références :

Introduction au Biological Nurturing, Suzanne Colson

DVD de Christina Smilie : Baby-led breastfeeding, the mother-baby dance

Impact of birthing practices on Breastfeeding, Mary Kroeger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *