La position en ballon de rugby

Notre panorama des positions d’allaitement se complète, aujourd’hui nous évoquons une position que beaucoup connaissent et utilisent comme une position permettant d’éviter les douleurs au démarrage de l’allaitement : la position en ballon de rugby. Et pourtant certaines mères la détestent ou ne parviennent pas à la faire.

Qu’en est-il ?

Tout est dans la nature, a-t-on coutume de dire ! Il est vrai que pour certaines d’entre vous cette position va beaucoup faciliter votre installation et votre capacité à voir comment votre bébé prend le sein. Ceci est particulièrement vrai pour celles qui ont les seins volumineux et souples. Celles d’entre vous qui ont une poitrine menue, qui plus est si elle est très ferme, risquent au contraire d’éprouver de la difficulté à positionner ainsi leur bébé. Avoir une bonne visibilité lors de la prise du sein peut être essentiel les premiers jours et c’est pour cela que cette position est souvent celle qui vous est proposée. Au risque de me répéter : cela fonctionne en effet très bien pour les mamans parmi vous ayant une poitrine assez forte tandis que la position de la madone ou de la madone inversée risquent de vous mettre en difficulté.

L’intérêt de bien voir ce qui se passe est lié au besoin de guider bébé vers une « bonne » prise de sein. Rappelons les principales caractéristiques :  le menton est « dans » le sein et le nez est dégagé, les lèvres du bébé bien retroussées vers l’extérieur, avec une grande, très grande ouverture de la bouche. Tout cela est crucial. Le « ballon de rugby » permet tout cela et malheureusement permet aussi de faire l’erreur de pousser votre bébé dans le sein avec le nez en premier ! Vous retrouvez alors l’écueil de la madone si bébé est coincé dans le creux du coude, mais ici votre soutien risque d’être très ferme et il n’aura vraiment aucune chance de repositionner la tête de manière plus confortable.

 

Pourquoi cela arrive-t-il et comment faire pour l’éviter ?

Installer son bébé en « ballon de rugby » c’est coucher son bébé à côté de soi, allongé plutôt sur le dos avec les pieds en direction du dossier du fauteuil sur lequel vous êtes assise. C’est votre avant-bras que vous utiliserez pour soutenir le bébé, supporter son poids et l’amener au sein et votre main, celle du bras qui soutient, va venir donner au bébé le soutien au niveau de la nuque, votre main est alors tournée avec la paume vers le haut. Votre seconde main servira à maintenir le sein et l’orienter à souhait. Ainsi vous amènerez bébé vers le sein, et comme pour les autres positions vous caresserez sa lèvre supérieure ou la zone entre cette lèvre et le nez avec votre mamelon : lorsque votre bébé est prêt et qu’il ouvre la bouche bien grand vous pouvez l’amener au sein en prenant soin de diriger le mouvement avec le bras et pour que son menton rencontre le sein en premier. Si vous approchez bébé en le soutenant trop à l’arrière du crâne sa tête se fléchit vers le buste, il en sera de même si le mouvement d’approche est effectué par commande de la main plus que de votre avant-bras : c’est le seul piège à éviter pour cette position.

 

À noter : selon l’âge, la morphologie et la façon de se mouvoir de votre bébé, ainsi que votre propre morphologie,  vous allez naturellement décliner cette position en de nombreuses variantes : pour certaines bébé paraîtra allongé, pour d’autres semi-incliné, et jusqu’à une variante faisant penser quasiment à la position assise : si vous êtes à l’aise et bébé aussi voilà déjà deux indicateurs positifs, si votre bébé couvre une plus grande portion de la partie inférieure de l’aréole que de la partie supérieure alors ce doit être bien parti, bravo !

 

Si vous éprouvez des difficultés :

  • à « caser » les jambes de votre bébé : c’est probablement parce qu’il vous faut penser à caler vos lombaires avec un coussin qui ménagera alors une distance supérieure entre votre sein et le dossier du fauteuil ; le dos complètement collé au dossier vous aurez en effet du mal à trouver la place pour son corps et cela vous donnera l’impression de devoir soulever les fesses de votre bébé donc de le placer un peu « tête en bas »
  • à amener bébé à hauteur du sein : c’est peut-être parce que votre avant-bras et les fesses de votre bébé devraient être soutenus par un coussin plus haut, vous manquez probablement de calage ou parce que cette position n’est pas adaptée à votre morphologie de poitrine.

Bons essais à vous ! Bonnes tétées !

 

Confort maternel           ★ ★ ★ ★ ☆

Repos  maternel        ★ ★ ★ ★ ☆

Les réflexes du nouveau-né facilitent la tétée ★ ★ ★ ☆☆

Facilité prise du sein asymétrique   ★ ★ ★ ★ ☆

Confort du bébé ★ ★ ★ ★ ☆

Tétée facile en public ★☆☆☆☆

Tétée facile à l’extérieur ★☆☆☆☆

 

Situations spécifiques :

Jumeaux ★ ★ ★ ★ ☆

Bébé  « somnolent » ★ ★ ★ ☆☆

Réflexe d’éjection fort ★ ★ ☆☆☆

Remettre au sein après prise du biberon sur une

période prolongée ★ ★ ★ ☆☆

Bébé qui grandit et commence « à peser », bambin  ★ ☆ ☆ ☆ ☆

[Auteure] : Dr Muriel Mermilliod

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *