Tire-lait mon ami

Les témoignages des femmes qui m'écrivent lorsqu'elles racontent leur quotidien avec leur tire-lait sont parfois émouvants. Me croirez-vous, certaines me racontent par exemple qu'elles ont pleuré la dernière fois où elles l’ont utilisé. Et pourtant, souvent, il ne s'agit pas de la fin de l'allaitement. Elles cessent simplement de tirer leur lait, souvent pour passer à deux ou trois tétées par jour.

Alors pourquoi pleurent-elles?

Exprimer son lait avec une machine n'est pas franchement une activité plaisante en soi, diront la majorité des femmes (et des hommes!)

C'est vrai qu'il s'agit de la fin de quelque chose et Dieu sait que les femmes y sont sensibles.

 

Attachement ou réflexe?

Mais avant tout, on peut remarquer qu'elles se sont attachées à l'appareil, qui est en quelque sorte devenu leur « ami » Et c'est d’ailleurs pour cela que l’expression du lait a pu bien fonctionner…

Cet appareil a priori déplaisant a été l'ami des heures difficiles pour les mamans de bébés prématurés, l'ami de la reprise du travail qui a permis de se conjuguer à deux temps, l'ami complice des soirées où on a laissé Bébé à sa Mamie.

Mon expérience me souffle que c'est quand ce transfert affectif se produit que la femme exprime son lait en abondance. Il y a probablement aussi des questions de réflexe et d'habitude qui jouent. Peu importe à la limite, ce qui compte c'est que cela marche!

Et pourtant, nombreuses sont les mères qui se braquent dès qu'on évoque l'idée d'un tire-lait. Il y en a aussi qui se braquent sans (se) le dire.

 

L'allaitement comporte une importante composante psychologique

J'ai déjà vu des mamans qui ont les deux seins qui coulent à flot lors du réflexe d'éjection provoqué par le bébé tétant sur un sein. Et comme par magie, lorsqu'elles approchent la téterelle de l'autre sein, le flux s'interrompt immédiatement.

Lorsqu'on discute avec les nouvelles mamans se trouvant dans ce cas, on note très souvent une peur de se sentir ridicule, d'être une vache laitière que l'on trait, et de perdre sa féminité.

Je leur conseille de regarder les effets positifs au-delà de cette situation.

Au bout d'un moment, la honte est dépassée, le plaisir vient, et avec lui, le lait….

 

Alors, si vous regardiez votre tire-lait avec un peu plus d'affection?

 

5 réflexions sur « Tire-lait mon ami »

  1. Pour ma part j'ai eu ma petite larme quand je l'ai remballé dans le carton et renvoyé…. Pour moi cela signifiait plus ou moins la fin de l'allaitement, bien que j'allaite encore une fois de temps en temps pour des tétées plaisir. Au début, je l'ai beaucoup utilisé, puis moins, quand l'allaitement allait bien et je le prenais juste pour me faire des petits stocks supplémentaires au cas ou… puis de nouveau à la reprise du travail, pour moi chaque fois que je tirais le lait, je permettais à mon bébé d'éviter le lait en poudre et de lui donner ce que j'ai de meilleur, pourquoi avoir honte? Et puis au final les vaches sont des mammifères comme nous, à la base elles devraient donner leur lait à leur bébé elles aussi, mais on détourne un peu la nature en prenant le leur pour nous… J'ai toujours trouvé magique de "voir" ce que j'étais capable de produire! Quand bébé tète on ne remarque pas trop la quantité de lait car bébé boit tout directement, mais quand on tire le lait, on se rend compte de ce que la nature nous permet de fabriquer! Vive le tire-lait 🙂 Je ne sais pas si j'aurais été capable de mener à bien mon allaitement sans cet appareil…

  2. Quelle coincidence, j'ai justement décidé aujourd'hui d'arrêter de tirer mon lait au travail! Alors oui ça me fait bizarre de le ranger mais d'un autre côté c'est un soulagement aussi!

    Je suis assez ambivalente vis à vis de mon tire lait! D'un côté quel précieux partenaire qui m'a permi de donner le meilleur à ma fille et de lui éviter tout autre produit laitier jusqu'à son 1er anniversaire quasiment.

    Par contre pour ma part quel partenaire stressant! Je n'ai jamais exprimé de grande quantité et ceci quelle que soit la technique : tire lait électrique, manuel, avec ou sans bébé… A chaque fois ce fut le stress : est ce que j'aurai assez de lait? Pour tenir la cadence je me suis levée chaque nuit pendant 4 mois! J'ai avalé mon repas au lance pierre au boulot en surveillant la pendule, j'ai eu peur de ne pas avoir suffisamment de temps pour tirer mon lait durant 6 mois!

    Sans compter que le modèle autonettoyent n'existe pas! Chaque soir j'ai eu ma séance vaisselle et préparation du matériel!

    Bref je suis heureuse d'avoir tenu, mais il m'a fallu pas mal de volonté car cela à entrainer beaucoup de stress et de fatigue qui se fait d'ailleurs encore sentir!

    Si bien que je projète pour mon deuxième enfant de m'arrêter durant sa première année pour lui offrir la même chose que sa soeur mais je ne suis pas sûre de tenir aussi longtemps ce rythme surtout avec 2 enfants!

    Alors oui le tire lait c'est bien mais surtout quand ça marche bien ou alors avec beaucoup de volonté!

    Mais quelle satisfaction aujourd'hui de pouvoir poursuivre l'allaitement de ma fille surtout que maintenant ce ne sera que du plaisir qui va durer j'espère encore quelques mois!

    1. Bravo pour vos efforts payants, et je vous souhaite maintenant un bel allaitement plaisir (et néanmoins hyper profitable à l’enfant! Rappelons que contrairement à ce qui se dit, le lait ne devient pas moins nutritif au fil des mois, bien au contraire!!)

  3. J’adore mon tire lait ! Je le vois véritablement comme celui qui me permet de poursuivre cette belle aventure qu’est l’allaitement, et à donner ce que je pense être le meilleur à mon bébé quand je reprendrai le boulot. J’en ai récemment changé (passage d’un simple à un double pompage) mais mes quantités récoltées sont assez maigres (50 en double en 10 min et ensuite plus rien ne coule alors que je sens bien que le sein est lourd. J’essaie de repasser en mode stimulation mais rien ne vient). J’avoue que je commence un peu à me demander si j’arriverai à tirer ce qu’il faut à ma fille quand je serai au travail ! Je persévère mais ce n’est pas évident. Heureusement que j’ai du stock au congélateur !

    1. Bonjour Stéphanie,
      C’est très fréquent, le tire-lait reste une machine qui ne sera jamais aussi efficace que la succion du bébé. Pour optimiser votre tirage, quand le lait ne coule plus en double pompage, vous pouvez arrêter la machine, massez vos seins pendant quelques minutes puis relancez la machine en simple pompage tout en massant et/ou comprimant vos seins. Ou vous pouvez terminer l’expression du lait manuellement.
      A la reprise du travail, la production de lait peut être différente. Actuellement, vous faites des tétées fictives en plus des tétées nutritives de votre enfant. Après la reprise, ces tétées fictives n’existeront plus.Les tirages remplaceront l’absence de succions de votre enfant pendant la journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *