Suite et fin du concours

Bravo à Audrey qui a remporté le concours de textes!

Merci à toutes les participantes (je réserve une petite surprise à Laetitia et Carole…), et aussi bien sûr à toutes les lectrices (lecteurs? Y a t il des lecteurs?).

Si ce modeste concours vous a plu, n'hésitez pas à en redemander et à proposer des thèmes qui vous plaisent!

Trois retardataires m'ont envoyé leurs textes après la date limite (avec un bébé, il peut arriver qu'on ne consulte ses mails que tous les 15 jours, alors, j'ai décidé de les publier aussi!)

 

 

Gwendoline nous raconte son REF (réflexe d'éjection fort)

J'ai allaité mon aîné 7 mois, et actuellement j'allaite mon second qui a 3 mois. j'ai une éjection du lait forte et face à cela mon premier avait pris l'habitude de se reculer légèrement la bouche ouverte et d'attendre tranquillement qu'elle se remplisse pour ensuite avaler ou recracher le lait suivant son humeur… mon deuxième lui a choisi de laper le lait directement au sein, tel un petit chat… Et oui même maman, même seins, même "problème" et deux façons bien personnelles de s'en accommoder!

 

Lucie ses envies de fraises!

Mon fils chéri, tu viens d'avoir 8 mois, je t'allaite encore, c'est difficile à décrire mais (exit les seins qui explosent les 2 premières semaines et une petite frayeur lors d'un engorgement) c'est du pur bonheur de te sentir lové tout contre moi. Je pourrais te sniffer sans cesse tellement j'aime ton odeur, je me perdrais des heures dans tes magnifiques yeux bleus, et je profiterais de la douceur de ta petite main tout en m'évadant dans cette belle bulle qu'on a créé ensemble lorsque je t'allaite !

Ce qui m'a beaucoup touché quand j'y pense, c'est quand tu as commencé à prendre conscience que le moment d'allaiter était un moment propice aux câlins. J'étais surprise et comblée quand, du jour au lendemain, tu m'as fait des caresses dans le cou, sur les bras et le haut de la poitrine tout en buvant et en me souriant de tes yeux coquins !

Je souris quand je me revois cet été, alors que tu avais 2 mois, en plein milieu d'un énorme champ de fraises, en tailleur, toi, mon bébé dans mes bras te donnant la têtée. j'étais à l'aise et rien ne me semblait plus normal que d'être à cette place au beau milieu des fraises, avec toi, pour allaiter…quelle image ! Mami'tine qui m'accompagnait a bien rit en nous voyant ainsi !

Mais je rigole bien plus en pensant tout juste à toi, qui depuis quelques jours, me fait rire à chaque tétée : je m'installe sur le canapé, je te pose sur mes genoux… tu souris, tu sais que c'est l'heure de manger ! Je me prépare, ouvre mon haut…là toi, mon petit bout de bonhomme tu t'impatientes. Je dégrafe mon soutien-gorge, je suis prête…et là… tu pouffes de rire ! J'adore, voilà comment bien me faire comprendre que c'est génial d'allaiter et de continuer jour après jour !

 

Et Catherine ses péripéties culinaires!

C'était un samedi matin, il faisait déjà chaud. Bébé, tout juste un mois, installé dans le transat en face de moi, commençait à montrer des signes d'énervements. De faim? Je n'avais qu'un quart d'heure pour faire un gâteau pour mes invités du soir avant que mes aînés ne rentrent. Et plus du tout le temps ensuite. Le chocolat fondait, le four chauffait, le beurre ramollissait et mon bébé s'impatientait vraiment, là. Non non, ce n'est pas le moment de demander une tétée. Si je ne m'occupe pas du chocolat fondu, il va se durcir. Oui, mais bon, un bébé, c'est prioritaire sur du chocolat quand même. De toute façon, la montée de lait s'en mêle (malignes les hormones!). Plus le choix. Ni une ni deux, je mets mon bébé au sein et je mélange de la main droite. Pas facile quand même. Ca glisse. J'ai de plus en plus chaud. Là dessus, téléphone. Je laisse tomber le gâteau (imagé) mais pas mon bébé et je me précipite pour décrocher sachant que c'est peut être mon homme. C'est mon homme. En panne sur le parking du supermarché. Je dois aller chercher mes aînés qui sont en rade à la gym. Quelle tuile. Bébé tête toujours, absolument pas perturbée. Tant mieux, mais il faut agir vite. Je transpire à grosse gouttes, termine en quatrième vitesse de mélanger ce qui peut l'être et laisse tout en plan. Bébé passe du sein au siège auto avec quelques protestations mais tant pis on remettra ça tout à l'heure, la voiture ça fait dormir de toutes façons. Je sais faire aussi des crêpes avec un bébé dans les bras, mais au sein, je n'ai pas encore essayé.

 

3 réflexions sur « Suite et fin du concours »

  1. Merci a toi pour ce concours qui nous aura permis de lire de magnifiques moments de bonheur lactés partagés entre les mamans et leurs enfants. Et bravo a audrey, son texte etait vraiment emouvant, elle merite la victoire! 

  2. Bonjour,

    Je me sens très concernée par le sevrage. Pour mon petit Cyril il s'agit d'une question de jours. J'ai été émue aux larmes par le témoignage d'Audrey. Tout est dans l'art de raconter les histoires. J'ai espéré qu'elle gagne le jeu concours… et c'est le cas 😉

    Félicitations !!! 

    Merci pour ce jeu concours.

    J'ai été contente d'y participer mais si c'était tout à fait par hasard. J'ai appelé Grandir Nature pour une question administrative par rapport à la location de mon tire lait. Et me voilà à partager mon expérience 😉

    A mon façon j'ai partagé les émotions que j'ai ressenties en vous lisant avec d'autres femmes. Parce que ce sont mes amies et que je les aime, je voulais partager mon témoignage et les autres avec elles. 

    En tant que maman, je suis sûre qu'elles me comprendraient. Je ne me suis pas trompée, elles ont été émues et ont mieux compris le lien qui m'unit à mon 2e petit garçon. 

    Elles allaitent au biberon et moi au sein. Le lien est différent mais elles partagent aussi des moments merveilleux avec leurs bébés dans les échanges de regard par exemple.

    J'ai lu quelque part et c'est bien vrai : il n'y a aucune recette pour devenir une mère parfaite mais il y a mille et une façon d'être une bonne mère.

    Merci encore et à toutes : bonne continuation.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *