Quand même l’Amour Maternel est toxique

Nous fêtons aujourd’hui un anniversaire tout ce qu’il y a de pas joyeux. Il y a trois ans avait lieu le pire accident de tous les temps lié à une activité humaine : l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima. Cet accident est d’ailleurs toujours en cours. D’une part parce que le pire est peut-être à venir : une des piscines de refroidissement des barres de combustible radioactif est toujours suspendue en l’air sur une structure à moitié branlante, à la merci d’un tremblement de terre (et nous sommes au Japon…). D’autre part, parce que des centaines de tonnes d’eau très radioactive (°) sont rejetées chaque jour à l’océan, comme cela est représenté sur la jolie carte en couleurs ci-dessus, ce qui fait que la contamination est maintenant planétaire. Sur la côte Ouest des Etats-Unis, en Californie exactement, certains scientifiques tirent déjà la sonnette d’alarme. Les déréglements de la thyroïde chez les enfants exposés en 2011 in utero aux radiations ont augmenté de 21%.

Allaitement dangereux

Pourquoi est ce que je vous raconte tout cela ?

Parce qu’il faut enfin ouvrir les yeux. La vie est en danger partout.
En cours de catastrophe nucléaire, le lait maternel devient du poison, car les éléments radioactifs passent dans le lait pour aller ensuite irradier le génome et les organes du bébé. Mais si on n’allaite pas, le lait en poudre, on le dilue dans de l’eau contaminée (°°) ? Et à terme, le lait industriel finit lui aussi contaminé non ?? Oui, bien sûr…
Alors, en cas de catastrophe nucléaire, faut-il allaiter ?
Non, hélas, dans la majorité des cas : si la mère a été irradiée, c’est trop dangeureux pour le bébé.

En France, comme ailleurs…

Et ne nous leurrons pas, ce qui s’est passé à Fukushima peut se passer en France, car le tsunami n’est pas le seul responsable de l’explosion de la centrale. Sans la suite d’erreurs humaines qui ont suivi (même pas liées à l’affolement : des erreurs techniques), il n’y aurait pas eu une telle catastrophe. Nous avons d’ailleurs déjà frôlé des accidents majeurs en France, dans un silence médiatique quasi-total. Si un des 58 réacteurs français explose, la vie dans notre beau pays sera empoisonnée pour des siècles par cette ennemie invisible, la radioactivité. Seules ses conséquences sont visibles : cancers, anomalies congénitales absolument horrifiantes.

Une unique solution, alors, la fuite.
Et la solidarité internationale. Dans ma région d’Alsace, la centrale de Fessenheim n’ayant pas encore explosé, une association organise l’accueil, dans des familles volontaires, d’enfants nés à Tchernobyl. Grâce à cette cure d’eau, d’air et d’alimentation non contaminés durant trois semaines, la radioactivité baisse significativement dans leur organisme. Un répit hélas très court…
Ce n’est pas pour rien que dans le secteur de Tchernobyl, les couples ne veulent plus concevoir. Le nucléaire tue l’avenir, tout simplement.

Par ici la sortie

Pour revenir à la question de l’allaitement et trancher la question que je posais quelques lignes plus tôt, je ne vois qu’une réponse : l’arrêt total et rapide de l’industrie nucléaire.
Sans revenir à la bougie bien sûr.
Les solutions existent, ne demandant qu’à être appliquées.
Exigeons-les.
Dénonçons cette technologie criminelle qui peut transformer la plus précieuse des productions humaines, le lait maternel, en un poison.

Quelques liens pour en savoir plus :
http://www.fukushima-blog.com/tag/Au%20Japon/
http://www.lesenfantsdetchernobyl.fr/
http://www.sortirdunucleaire.org/

(°) Selon les estimations officielles (bien sûr très minimisées par le gouvernement japonais), 300 tonnes d’eau descendant chaque jour des montagnes passent sous la centrale, où trois réacteurs ont répandu leur contenu (le radier a été percé car il y a eu fusion du coeur). Cette masse d’eau devenue extrêmement radioactive se jette ensuite directement dans l’océan
(°°) Si à Fessenheim, en Alsace, il se passait la même chose qu’à Fukushima (la fusion du cœur), la dalle sous la centrale serait percée, et la plus grande réserve d’eau potable européenne serait contaminée pour des générations et des générations

3 réflexions sur « Quand même l’Amour Maternel est toxique »

  1. Merci pour cet article, une "piqûre de rappel" nécessaire, criante de lucidité pour un bien triste anniversaire…

  2. Les media parlent tout le temps du nucléaire comme non polluant.Moi je dit que c’
    est l’energie la plus polluante et insidueuse qui soit et que cest un scandale qu’on l’utilise encore.

    1. oui… sans compter que c’est une énergie très très chère. Le consommateur ne s’en rend pas compte parce qu’elle est tres subventionnée. Tiens pourquoi?? Parce que le nucléaire pour faire l’électricité est une façade pour cacher le nucléaire militaire, tout simplement….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *