Petite fille allaiteras-tu?

Dans deux heures, c’est la journée de la Femme.

La journée de la femme, c’est beau, ça sonne bien!

Mais qu’est ce que ça implique exactement, c’est toute la question!

Pour moi, fêter la femme, c’est mettre en lumière tous ses magnifiques aspects : ses capacités immenses d’amour inconditionnel, de compréhension, de compassion, son envie innée de nourrir son entourage….

Innée?

Oui, je crois que de façon générale la femme aime nourrir ceux qu’elle aime.

Elle a pour le début de la vie deux merveilleuses glandes mammaires, et il ne suffira théoriquement que d’une bouche affamée et efficace en face pour que cela marche.

A condition toutefois que la femme ait fait le choix d’offrir son lait à son bébé. Ce choix est fait à l’heure actuelle par environ deux tiers des femmes. Ce pourcentage aurait d’ailleurs laissé nos lointains ancêtres dans la stupéfaction la plus totale. Je les imagine se demander comment font les autres. Et dans ces deux tiers, une majorité cessera d’allaiter dans les semaines qui viennent.

Je suis persuadée que le choix d’allaiter dans la durée se fait bien en amont de la grossesse et même du désir d’enfant. Il se fait de façon plus ou moins consciente pendant l’enfance, en voyant son entourage allaiter ou non. L’entourage au sens le plus vaste du terme. Cela peut être une inconnue que l’enfant voit allaiter sur un banc public, dans un rayon de soleil. Là, l’évidence s’impose. Et elle ne s’envolera pas à la première difficulté venue.

Ce peut être à l’inverse une femme qui se plaint que l’allaitement c’est affreux, ça fait mal, c’est horrible.

“Moi je n’aurai pas mal”, se dit la petite fille. “Je n’allaiterai pas”.
“Ma femme n’aura pas mal”, se dit le petit garçon.

Ce sont les sociétés qui allaitent. Si elles véhiculent une image positive de l’allaitement maternel, les petites filles devenues femmes allaitent. Et ce d’autant plus qu’elles auront à leur côté des personnels soignants formés à résoudre les problèmes de l’allaitement. Eux-même influencés par la société dans laquelle ils évoluent, choisissant d’étudier telle ou telle discipline, choisissant de mettre leur énergie ici ou ailleurs…

Alors, oui, transmettons les valeurs positives de l’allaitement aux femmes de demain!

Allaitons en public,

Allaitons sans cacher notre plaisir,

Allaitons en couple,

Allaitons tout simplement.

2 réflexions sur « Petite fille allaiteras-tu? »

  1. Merci pour ce texte. Je ne sais pas pourquoi je voulais allaiter mais c’est vrai que pour moi c’était une evidence. Et c’est vrai que même avant de penser à faire un bébé je pensais déjà à ça. Personne dans mon entourage n’a allaité… je travaille à convertir mes deux nièces! ! Elles sont en admiration quand elles me regardent c’est trop mignon et c’est tellement naturelle pour elle. Cela fait 8 mois maintenant et je ne suis pas prête à arrêter.

  2. Allaiter tout simplement… Loin des images d'épinal, faisant fi des regards ébahis et autres grimaces d'incompréhension quand le bébé devient bambin (avec des dents et tout, vous n'imaginez pas, voyons !). Offrir son sourire ou juste son image de dyade épanouie, aujourd'hui et maintenant, dans cet acte immense et banal de transmission de la vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *