Lette ouverte de la COFAM

Dans le cadre de la Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel, la COFAM (COordination Française pour l'Allaitement Maternel) a publié une lettre ouverte à la Ministre de la Santé.

Je la relaye ici car elle dresse un tableau très réaliste de la situation de l'allaitement en France (en page 2), et des solutions pour y remédier (en page 3).

Quand je parle avec mon entourage, le sentiment général est que l'allaitement se porte bien en France. Or, s'il se porte mieux qu'il y a 20 ou 30 ans (heureusement!), il se porte moins bien qu'il y a 5 ans.

Il est donc temps  de réagir pour que tout les efforts qui ont été faits dans les années 2000 ne soient pas vains.

 

Allaitement COFAM 1

Allaitement COFAM 2Allaitement COFAM 3

 

 

2 réflexions sur « Lette ouverte de la COFAM »

  1. Merci d'avoir relayé cette lettre!

    Et c'est vrai ça, pourquoi il n'y a pas de "pub" pour l'allaitement dans les magazines pour parents?

    Je pense que les mère se sentiraient aussi mieux soutenues si elles savaient qu'elles peuvent avoir de l'aide auprès des consultantes en lactation. On a peu d'info sur cette spécialité (souvent des sage femmes) et aucun pédiatre ne nous envoie jamais vers elles! Ce serait pourtant indispensable pour la majorité d'entre nous qui rencontrent des difficultés d'allaitement le 1er trimestre du bébé…

    Moi j'ai l'impression de m'être "battue" pour mes 3 allaitements, d'avoir persévéré encore et encore… Un peu seule face à tout ça! Heureusement, j'ai trouvé de l'aide sur les forums de mamans. Mais parfois, j'ai eu des périodes où je voulais tout abandonner. Il aurait suffi qu'un pro de la santé me rassure, me dise que c'est normal, me conseille, et je serais repartie sur de nouvelles bases!

    1. Oui, la spécialité de consultante IBCLC n’est pas reconnue en France et c’est bien triste. Il serait pourtant logique d’adresser les femmes allaitantes à ces consultantes, de la même façon qu’on adresse à un spécialiste une patiente qui a un problème spécifique… POUr dire à quel point cette spécialité n’est pas reconnue : une sage femme IBCLC n’a pas le droit de mentionner “IBCLC” sur sa plaque! Allez comprendre pourquoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *