En allaitement, quels sont les pièges à éviter?

Voici le message que m'a envoyé récemment une maman :

"Bonjour, mon bébé a 8 mois et je suis heureuse de l'allaiter. Grace à la préparation par ma sage femme et les conseils d'une conseillère en lactation tout s'est bien passé dès le début. Mais je rencontre deux soucis : il ne sait pas boire au biberon et je lui sers de doudou. Pour être en contact avec d'autres mamans allaitantes j'ai l'impression que ce sont deux soucis très répandus. Je suis allée à des réunions de la Leche League et pour eux il n'y a aucun inconvénient. Mais du coup c'est très compliqué quand je dois laisser mon bébé de temps en temps à ma mère pour lever un peu le pied. Pas de biberon donc et si l'endormissement pour les siestes est gérable ce n'est pas la même chose pour l'endormissement du soir si par exemple on veut se faire une soirée en amoureux avec mon mari. J'aurais aimé être prévenue de ce risque et savoir comment faire pour l'éviter > fourchette d'âge pour le premier biberon, façon de faire, et des idées pour ne pas devenir le doudou, des pistes… Parce qu'une fois qu'on s'aperçoit de l'existence de ces soucis ce n'est pas évident de réagir. <…> Merci 🙂"

 

En un mot, cette maman se sent piégée. C'était d'ailleurs le titre de son message.

 

Mais même si la situation peut paraître difficile, il y a quand même des issues possibles.

Une des clés est d’ajuster sa pratique selon l’âge de l’enfant. En effet, on n'allaite pas un nourrisson de 8 jours comme on allaite un bambin de 8 mois. Cela semble évident une fois qu’on l’a dit, mais la mise en pratique de ce principe simple change véritablement l’allaitement (et le maternage en général!). Et c’est à la mère de reconnaître quand le moment est venu de changer en douceur les habitudes de son bébé. Bien souvent, quand elle y est prête, elle en ressent le besoin.

Voici deux exemples parmi les plus fréquents.

 

Je ne veux plus servir de tétine!

 

Admettons que vous souhaitez maintenant ne plus endormir votre grand bébé au sein, alors qu’auparant vous aimiez cela (et avouons-le, ça vous arrangeait bien). Il vous faut donc modifier le rituel d'endormissement. Dans ce cas, valorisez le changement auprès de votre bébé en lui disant que maintenant qu’il est grand, il ne va plus s'endormir au sein, parce que vous allez pratiquer une autre activité plus de son âge : massage, berceuse, etc. Attention, cette transition ne fonctionnera avec succès que lorsque vous-même serez décidée à arrêter l’endormissement au sein. Ainsi votre bébé ne percevra aucune faille où s’engouffrer pour vous faire changer d'avis. Alors, vous serez capable d’accepter patiemment et sans culpabilité qu’il manifeste sa frustration (plus ou moins longtemps selon les bébés !).

 

Par contre, si une partie de vous-même n'est pas prête à ce changement et à ce qu’il implique (parfois ne serait-ce que par nostalgie), il y a peu de chance que la transition se fasse au mieux. N’hésitez pas alors à reporter l'échéance et à continuer à vous préparer. Et en attendant, sans culpabilité de ne pas „avancer le plus vite possible“, profitez de ces moments uniques comme d'un cadeau.

 

Vous pouvez également trouver une source de motivation particulière qui vous aide à changer le rituel d'endormissement : par exemple la possibilité de sortir en amoureux, comme l'évoque la maman ci-dessus. Et toujours sans regret ni culpabilité! Votre enfant, une fois tous ses besoins satisfaits, est heureux si vous êtes heureuse, et encore plus si vous êtes heureuse avec le papa, alors ne vous en privez pas.

 

Impossible de lui faire prendre le biberon!

 

Il est difficile de donner une fourchette d'âge pour l'introduction du premier biberon – de lait maternel bien sûr -. Cela dépend d'une trop grande variété de paramètres. Et puis un petit qui a pris des biberons à trois mois sans problème peut très bien se mettre à les refuser un peu plus tard.

 

Le bon sens dicte de ne pas en donner tant qu’il n’y en a pas un réel besoin car les conséquences de ces premiers biberons peuvent parfois être désastreuses. J'aide régulièrement des mères dont les allaitements vont très mal, simplement parce que des biberons ont été donnés sans vigilence et ont rendu leurs bébés fainéants au sein.

 

Posons nous donc de nouveau la question de l’âge du bébé. Comme dans l'exemple précédent, il faut tenir compte du contexte. A huit mois par exemple, le bébé est capable de boire seul à la tasse à bec, sous la surveillance attentive d'un l'adulte. Cette autonomie le valorise puisqu'il est reconnu comme un enfant qui grandit.

 

Le biberon n'est pas un passage obligatoire. On peut vivre sans ! Avoir cette notion en tête permet d'aller chercher des solutions ailleurs. Prenez du recul, observez votre enfant et ses affinités.

 

Dépasser à trois les difficultés

 

Chères mamans qui vivez pareilles situations, tous mes vœux vous accompagnent, pour la mise en place de ces changements nécessaires ! La frustration et surtout son dépassement doivent être apprises par le bébé, et pour lui la meilleure façon d'y arriver est d'être accompagné en douceur dans des bras aimants. Cela n'est pas facile. Devant notre enfant en pleurs parce qu'il veut le sein et rien d'autre, nous nous sentons tellement désemparées. Et nous avons à faire face aussi aux souffrances que nous avons vécues enfant, qui n'ont pas toutes été réglées et qui remontent dans ces moments-là.

 

J'ai illustré ceci par deux exemples relatifs à l'allaitement, mais cet accompagnement est valable dans toutes les situations et à tous les âges de l'enfant et de l'adolescent. Ma recette pour avancer : beaucoup de recul, énormément d'amour, un peu d'humour! Et puis l'aide du Papa, qui apporte sa vision des choses et sa force.

 

Maternez bien et paternez bien!

 

 

 

 

10 réflexions sur « En allaitement, quels sont les pièges à éviter? »

  1. On peut aussi considérer que dès le début on ne servira pas de sucette à son enfant, bien qu'on ait envie d'allaiter! Personnellement j'ai servi de sucette à ma 1ère et l'allaitement s'est moyennement bien passé, elle têtait trop souvent et pas efficacement, sans compter que c'était très prenant pour moi. Du coup pour ma 2ème j'ai décidé que je ferais autrement, que je voulais absolument l'allaiter mais pas lui servir de sucette, je lui ai donc donné la sucette dès la maternité car elle avait un besoin de succion très important, et ça n'a pas du tout perturbé l'allaitement, au contraire j'ai réussi à l'allaiter jusqu'à ses 13 mois, alors que pour sa soeur à 5 mois je n'avais déjà plus assez de lait!

    1. Merci pour votre témoignagne!

      Je crois aussi que les mots posés par chaque maman ont leur valeur. Une femme qui pense “je sers de sucette” vivra peut etre moins bien les choses qu’une femme qui  pense “mon bébé aime s’endormir au sein et je trouve cela pratique”….. Non?

      1. J'avoue que non, donner le sein à sa fille pendant 45 minutes toutes les heures et demi, je ne trouve pas ça très pratique!! Et je n'aurais pas pu réitérer avec les suivants (j'ai 4 enfants) car justement ils n'étaient pas seuls, et je n'aurais pas pu leur consacrer autant de temps qu'à ma 1ère fille!

        1. Absolument, donner le sein 45 mn toutes les heures et demie n’est pas conseillé : c’est improductif et déprimant. Cela signifie, hors pic de croissance, que les tétées sont inefficaces….

          1. Lors d’un pic de croissance, la maman ressent une baisse de lait alors que l’allaitement se passait tres bien. Le bébé demande plus le sein et semble insatisfait. Il ne s’agit pas d’une baisse de lait, mais d’une demande accrue en quantité. Les seins mettent deux ou trois jours à s’adapter à cette nouvelle demande. 

  2. Moi je me suis pas trop Pris la tête. Jai pas introduit le bib avant 2 mois a peu pres et cest La nounou qui la fait. Elle a jamais voulu avec moi. En plus mon mari et sa mère me mettaient la préssion donc sa me braqué contre. Elle a accepté le bib a un peu plus 4 mois. Avant elle se rattrapait la nuit. Jai introduit de la compote de poire a 4 mois la encore plus pour mon mari, ma belle-mère et la nounou. Moi je m’inquietai pas. La tetine je lui est donné qua 5 mois la encore parcequ’on me demandé sans cesse si elle l’avait. Elle sen sert qu’en les dents lui font mal. Qu’elle se sert de moi comme tetine ne ma jamais embeté. Au contraire n’est ce pas a la maman de consoler ses petits? Et sa la pas empeché de rester avec la nounou ou la babysitter. Je pense surtout que sa depend des habitude qu’on leur donne. Si ton bébé n’est jamais gardé le soir et qu’ en plus tu le fait garder par quelqu’un qu’il ne connait pas ou voit peu, tetine, bib, ou pas ton bébé va pas aprécier. Sa na rien avoir avec le fait d’allaiter. Les bébés n’aime pas du tout qu’on cahnge leurs habitudes. Enfin c’est ce que jai pu constater.

    1. Merci, vous mettez le doigt sur une donnée importante dont je n’ai pas parlé : la pression sociale. Elle s’immisce plus ou moins dans la relation mère-enfant, et peut compliquer les situations! Apparemment, vous vous en êtes bien tirée, mais ce n’est pas toujours le cas 🙁

  3. on n'allaite pas un nourrisson de 8 jours comme on allaite un bambin de 8 mois.

    Ma fille a 7 mois et je m'en rends bien compte et en même temps, je n'étais pas préparé à cela. En cherchant, j'ai expérimenté que c'est assez facile de trouver des bonnes informations sur les débuts de l'allaitement (ce blog notamment) mais par la suite (après 6 mois environ), c'est beaucoup plus difficile d'avoir des infos, des repères (durée et fréquence des tétées, le "à la demande" qui forcément évolue mais quand et comment ?). Par contre, ne plus s'endormir systématiquement au sein a été assez facile à mettre en place pour nous.

    La frustration et surtout son dépassement doivent être apprises par le bébé

    Tout à fait d'accord avec vous en théorie mais en pratique, j'avoue que j'ai un peu de mal à comprendre comment un nourrisson peut apprendre à dépasser la frustation. Les fois où ma fille pleure dans les bras de son père parce qu'elle veut le sein, je me dis est-elle en état d'apprendre ?

    Et nous avons à faire face aussi aux souffrances que nous avons vécues enfant, qui n'ont pas toutes été réglées et qui remontent dans ces moments-là.

    Là, vous mettez le doigt sur quelque chose que je sentais confusément. A la fois je n'ai pas trop envie de regarder et à la fois je me dis que ça m'aiderait de le faire; pour une relation encore meilleure à ma fille.

    1. merci pour votre retour. J’envisage en effet un article sur l’allaitement après 6 mois parce que c’est vrai que les questions sont souvent sans réponses! Pour votre question relative à la frustration : mettre son bébé au sein ou non implique d’avoir -à peu près- compris quelle est la cause probable des pleurs. Il est évident que si la tétée précédente n’a pas été efficace, il y a fort à parier que le bébé a faim. Par contre, s’il a déjà bien mangé, il y a de grandes chances que ce soit plutôt le besoin d’être materné qui l’emporte. Bien sur, rien n’est jamais si simple et si tranché. Alors faites de votre mieux, car de toutes façons vous n’atteindrez jamais la perfection! Un parent parfait qui ne fait jamais d’erreurs, ça n’existe pas. Etre parent, c’est être chercheur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *