Crevasses

Nous les avons évoquées dans un précédent article, les crevasses sont une cause fréquente d’arrêt de l’allaitement. Elles apparaissent souvent rapidement les premiers jours ou bien au cours des premières semaines de l’allaitement. Essayons de comprendre plus en détail à quoi elles sont dues et comment y remédier.

Les crevasses sont de petites plaies sur le mamelon provoquant une douleur maximale en début de tétée, absente ou légère entre les tétées et augmentée par la friction (le frottement d’un vêtement par exemple). Elles surviennent principalement à la suite d’une prise du sein inadéquate et traumatique :

  • Le plus souvent en raison d’une position au sein trop approximative (ouverture de bouche trop faible, tête du bébé fléchie, bébé trop éloigné du sein.).

  • Consécutivement à un engorgement des seins jusqu’à l’aréole.

    engorgement et crevasses muriel mermilliod

  • Lors de variations anatomiques des mamelons rendant plus difficile la prise du sein.

  • Comme conséquence d’un réflexe d’éjection fort.

  • En raison de l’inélasticité d’un frein de langue, frein de lèvre supérieure (ce qui nécessitera parfois une intervention pour résoudre le problème), ou d’un palais creux…

Mais elles peuvent aussi apparaître :

  • Suite à l’utilisation inadéquate d’un tire-lait, d’un tire-lait de piètre qualité ou d’une téterelle de taille inadaptée.

  • Dans le cas d’un retrait du sein sans briser la succion.

  • Lorsque le nouveau-né a tendance à serrer les mâchoires en début de tétée ou en s’endormant sur le sein en fin de tétée.

Pour guérir rapidement la crevasse, l’accent doit être mis sur une prise du sein adéquate car cela permet immédiatement une nette diminution de la douleur, la rendant supportable d’emblée et surtout pour favoriser sa guérison spontanée et rapide.

En plus de cela, pour soulager la douleur vous pouvez :

  • Appliquer des compresses chaudes et humides juste avant la prise du sein

  • Prendre un antalgique compatible avec l’allaitement (ibuprofène en courte durée par exemple, en parler avec votre sage-femme ou médecin)

  • Varier les positions du bébé au sein

  • Déclencher le réflexe d’éjection avant la mise au sein (manuellement ou au tire-lait)

  • Commencer la tétée par le sein le moins douloureux

Et pour faciliter la cicatrisation vous pouvez :

1er choix : exprimer quelques gouttes de lait après la tétée et l’appliquer sur le mamelon et l’aréole puis laisser sécher à l’air

2ème choix : appliquer de la lanoline modifiée USP ultra-purifiée. En veillant à une hygiène des mains correcte, étaler l’équivalent d’un grain de riz de pommade en utilisant un doigt différent pour chaque sein

3ème choix : appliquer des « pansements au lait maternel » (compresse stérile imbibée de lait maternel et maintenue par un film alimentaire) : changer toutes les 3 heures au moins . 

Attention il est important de le faire sous la surveillance d’un professionnel de santé car il y a un risque d’inclusion de germes si l’application de cette compresse est mal réalisée

4ème choix : mettre des compresses hydrogel rinçables .

Attention sous surveillance d’un professionnel de santé aussi (même risque que pour le pansement de lait maternel)

Enfin, encore quelques points utiles pour vous aider :

Mieux vaut éviter les coussinets d’allaitement. Ils favorisent un risque de macération menant à l’infection.

Vous pouvez vous protéger du frottement et laisser vos mamelons à l’air en portant ponctuellement des coupelles protège-mamelons.

Et si vous ne parvenez pas rapidement à obtenir une prise du sein adéquate vous pouvez, en étant accompagnée, envisager :

  • l’utilisation ponctuelle d’un écran en silicone lorsque la douleur n’est pas suffisamment soulagée par les mesures précédentes

  • de diminuer ou cesser les mises au sein du côté affecté pendant le temps nécessaire (jusque 24 à 48h) et maintenir la production lactée en utilisant l’expression du lait manuelle ou avec un tire-lait adapté selon votre choix.


Bon à savoir :

Trouver une solution à des crevasses est indispensable parce qu’elles peuvent causer des douleurs importantes, mais c’est aussi une prévention de l’infection de cette crevasse par un germe. Et enfin, c’est prévenir le risque qu’a votre bébé de prendre trop peu de lait car quand il pince le mamelon il en reçoit moins facilement que lorsqu’il le prend bien loin en bouche.

[Crédit photos ] Muriel Mermilliod-Defrenne

[Auteure] : Dr Muriel Mermilliod, consultante en lactation IBCLC

[Biographie] : Formatrice en allaitement maternel, consultante en lactation IBCLC et chirurgien-dentiste,
le Dr Muriel Mermilliod est l’une des meilleures spécialistes françaises des aspects pratiques et théoriques de la lactation humaine, des compétences et des besoins des nouveau-nés et de leurs mères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *