Allaitement de jumeaux : courage et persévérance !

J'ai une bien belle histoire à vous raconter aujourd'hui (avec l'accord de l'intéressée évidemment).

C'est l'histoire d'Irina, une maman de jumelles nées prématurément, qui ne pouvaient pas téter à la naissance. Cette maman a donc tiré son lait. Jusque là, rien d'extraordinaire.

 

Un lait adapté à l'état du bébé

Nombreuses sont les femmes qui tirent leur lait pour leur bébé né en avance. Elles savent que ce lait a une composition spécifique pour le prématuré. Personnellement ce fait ne cesse de m'éblouir : l'organisme de la maman comprend que son bébé est né trop tôt et y remédie par un lait composé différemment du lait qu'il aurait fait trois  ou quatre semaines plus tard. N'est ce pas merveilleux ?

Les quinze premiers jours se sont bien passés mais soudainement Irina s'est retrouvée avec une mastite à staphylocoques, fers de lance des maladies nosocomiales. Et ces bactéries n'ont pas failli à leur réputation. Irina a dû enchaîner les traitements pendant longtemps avant de voir une amélioration de son état. Mais surtout, pendant six semaines elle a tiré et jeté son lait. C’était difficile, c’était ingrat, mais elle s’est accrochée.

 

Une maman courageuse et persévérante

La difficulté était encore augmentée par le fait que seule l'expression à la main fonctionnait sur le sein malade. Nous avons essayé deux modèles différents de tire lait électrique, sans succès. Par contre, le sein non touché par la mastite ne donnait qu'avec le tire lait… Quelle organisation ! Surtout avec deux bébés… La maman exprimait donc son lait, le jetait, l'exprimait encore, le jetait de nouveau… inlassablement, sans se décourager. Ce n’est qu'après de longues semaines qu’elle a pu enfin de nouveau le donner à ses filles.

Aujourd'hui, les jumelles ont plus de deux mois. Elles sont alimentées aux deuxtiers par du lait maternel exprimé, ce qui est déjà très bien. Elles font quelques tétées qui ne sont pas encore très efficaces, mais qui pourront le devenir quand elles auront davantage de vigueur.

Alors c’est sûr, jeter le lait qu'on tire est un véritable crève-coeur. Un seul biberon jeté nous arrache des larmes. Combien Irina en a t elle jeté? Je préfère ne pas compter. Toujours estil que maintenant, elle est heureuse, avec le plaisir des tétées, et la satisfaction d'un allaitement majoritaire qui deviendra peut-être exclusif En tous cas je le lui souhaite de tout cœur !

 

 

 

3 réflexions sur « Allaitement de jumeaux : courage et persévérance ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *