ÊTRE ALLAITE , UN ATOUT POUR LA VIE : POURQUOI ?

Un des rôles de Grandir Nature est de promouvoir l’allaitement maternel en apportant des informations provenant de sources scientifiques.

Nous ne voulons en aucun cas être culpabilisant mais démocratiser l’allaitement pour soutenir les mamans allaitantes .

C ‘est ainsi que nous avons crée l’affiche « être allaité : un atout pour la vie. » .

De nombreuses études ont montré les effets positifs de l’allaitement.

Une méta-analyse (1) de 2012 les regroupe, nous nous sommes appuyés ( entre autres) sur cette publication.

Le lait humain fournit des éléments nutritionnels et protecteurs du fait de sa composition unique en facteurs nutritionnels et immunobiologiques. Il contient des facteurs bioactifs qui permettent d’apporter à l’enfant une quantité importante ( on ne sait pas tout encore ) d’effets bénéfiques pour sa santé.

Que contient le lait humain ? (2)

– De l’eau à 88%

-Des protéines petites et liposolubles ce qui expliquent que le lait maternel soit plus digeste. Les acides aminés sont en adéquation avec les besoins du nouveau-né pour son développement cérébral.

– Des lipides qui fournissent 50% des calories du lait maternel. Le lait maternel est riche en acides gras polyinsaturés qui sont des constituants majeurs des membranes des cellules neuronales. La teneur en lipides varie avec l’alimentation de la mère.

– Des carbohydrates comme le lactose qui fournit 40% des calories du lait maternel et des oligosaccharides qui vont faciliter la croissance des bifidobactéries.

-Des minéraux ( fer, zinc, calcium, phosphore,…) en quantité adaptée pour les possibilités d’élimination du rein.

– Des vitamines qui dépendent des apports alimentaires et du statut de la mère en vitamines.

– Des prébiotiques comme les oligosaccharides qui stimulent la croissance et l’activité des «  bonnes bactéries » ce qui a des effets positifs sur la santé de l’enfant.

– Des probiotiques comme les bifidobactéries et les lactobacilles : ce sont les « bonnes bactéries » qui assurent une protection contre les germes pathogènes.

– Des anti-infectieux comme les immunoglobulines, la lactoferrine, les acides gras libres jouent un rôle vital en aidant le système immunitaire du nouveau- né, ils aident notamment actuellement à protéger votre bébé contre le coronavirus.

Une attention toute particulière pour les Ig A sécrétoires (immunoglobulines A) qui empêchent les bactéries ou virus de s’attacher aux membranes des cellules des muqueuses. Elles neutralisent les toxines microbiennes et augmentent l’excrétion des virus. Ces IgA sont fabriqués et stockés dans le sein maternel.

– Des anti-inflammatoires  comme les anti-oxydants, enzymes, inhibiteurs de protéase, facteurs de croissance, cytokines qui vont parer au processus inflammatoire lors d’une pathologie pour protéger le nourrisson de lésions tissulaires aggravées ( comme c’est le cas par exemple dans l’entérocolite ulcero-nécrosante ).

Les études montrent que les enfants allaités présentent une morbidité et une mortalité moindres que les enfants recevant un autre type de lait.

Les effets se prolongent même au delà de la petite enfance puisque le lait maternel diminue les risques d’obésité, de maladie intestinale inflammatoire, de cancer et d’autres manifestations de dysfonction auto -immune dans l’adolescence.(1)

Le lait maternel a des propriétés uniques et inimitables et constitue donc l’aliment de référence pour le nouveau-né.

L’allaitement a des effets protecteurs également chez la mère pour plusieurs pathologies que nous verrons bientôt ensemble avec la publication d ‘une nouvelle affiche . 🙂

Références :

1. Breastfeeding and the use of Human Milk : https://pediatrics.aappublications.org/content/129/3/e827

2.Le lait maternel : composition nutritionnelle et propriétés fonctionnelles. M.Tackoen . Centre néonatal CHU Saint Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *